La quote-part de l’État, un concept dépassé

En Suisse, les dépenses publiques s’élèvent à 32% du produit intérieur brut. Est-ce peu ou est-ce beaucoup? Difficile à dire car, en la matière, la qualité de la réglementation importe plus que la quote-part de l’État.

L’État a-t-il toujours plus d’influence?

Dans notre entretien, deux journalistes confrontent leurs points de vue. Fervent défenseur du libéralisme, Peter A. Fischer, de la Neue Zürcher Zeitung (NZZ), plaide pour moins d’État. Yves Wegelin, journaliste de la Wochenzeitung (WOZ) et nouvelle recrue du magazine Republik, affirme pour sa part que les recettes ordolibérales ne fonctionnent plus.

Les cellules de lanceurs d’alerte augmentent au sein de l’administration

Les signalements de dysfonctionnements internes s’avèrent souvent pertinents. Une étude montre qu’au niveau de la Confédération, des cantons et des villes, le nombre de cellules de lanceurs d’alerte a doublé ces cinq dernières années.

L’École de Fribourg: entre laisser-faire et dictature

L’économie sociale de marché, tant vantée pour ses mérites, est étroitement liée à l’ordolibéralisme. Développée par la fameuse «École de Fribourg», cette doctrine est fondée sur des règles qui fixent des limites à l’économie et à la politique.

Interventions de l’État: oui… et non

En temps normal, les stabilisateurs automatiques suffisent à lisser les variations conjoncturelles. Mais, en cas de récession importante, il est nécessaire que l’État intervienne.

L’État en croissance continue

L’augmentation des dépenses publiques et des réglementations reflète l’évolution potentiellement problématique des attentes envers l’État.