La Vie économique

Plateforme de politique économique

Nous sommes l’Euro 2008!

Les retombées (économiques) prévues pour l’Euro 2008 sont impressionnantes. La balance des paiements suisse s’améliorera de 200 millions de francs. La manifestation générera 600 à 800 millions de valeur ajoutée, quelque 1,5 milliard de francs de chiffre d’affaires et 5000 emplois à plein temps. Près de la moitié du chiffre d’affaires bénéficiera au tourisme et surtout à l’hôtellerie-restauration. D’innombrables entreprises en profiteront aussi indirectement en aval. Les attentes du public sont à la mesure de l’enjeu. En juin 2008, un bon million de visiteurs déferleront sur Bâle, Berne, Genève et Zurich, où les rencontres ont lieu. Les projections publiques attireront 3 à 5 millions de spectateurs dans toute la Suisse. Ces chiffres ne doivent pas donner le tournis, mais appeler certaines nuances. L’Euro 2008 n’a qu’une importance macro-économique modérée. Il ne s’accompagnera guère d’une relance conjoncturelle. En micro-économie, par contre, il aura ici et là un impact certain. Une telle manifestation sportive – la plus importante de la planète après les jeux Olympiques et la Coupe du monde de football (elle vient même en seconde position en termes de médias) – ne se réduit, toutefois, pas à des chiffres et à des faits matériels. Les paramètres économiques ne saisissent et ne décrivent qu’une partie de l’univers du football. La Coupe d’Europe de football, disputée en Suisse et en Autriche du 7 au 29 juin prochain, recèle un important potentiel en termes d’image. Chez notre voisin allemand, la Suisse possède la moitié de la notoriété de l’Autriche en tant que pays touristique. L’étude dont est tiré ce résultat indique, en outre, que nous sommes considérés comme guère accueillants, peu aimables et froids; par contre, nos prix sont élevés. Il faut profiter de l’Euro 2008 pour corriger cette image. L’été prochain sera l’occasion pour nous de faire la fête dans tout le pays et d’impressionner nos hôtes (footballistiques) par notre hospitalité. Nous organisons une bonne partie de cette coupe; l’Euro, c’est nous! J’espère donc que nous montrerons, sur et en dehors du gazon, que nous sommes une nation avec laquelle il faut compter.

Conseiller fédéral, chef du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DPPS), Berne

Conseiller fédéral, chef du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DPPS), Berne