Rechercher

La statistique de l’hébergement

La statistique de l'hébergement

Dès 1934, la Suisse se dote d’une statistique nationale du tourisme s’étendant à toutes les entreprises hôtelières comptant plus de deux lits pour hôtes. Suivant le programme d’allègement budgétaire du Conseil fédéral, l’Office fédéral de la statistique (OFS) annonce en mai 2003 qu’il mettra un terme à cette statistique, tout en se déclarant ouvert à toute proposition de collaboration et de financement externes qui permettrait d’en assurer l’avenir. Sous la coordination de la Fédération suisse du tourisme (FST), les cantons, les régions et les associations touristiques se mobilisent pour la réintroduire sur la base d’un cofinancement. La nouvelle statistique de l’hébergement, dénommée Hesta (HÉbergement STAtistique) voit le jour le 1er janvier 2005.

Récolte et diffusion des données


Les informations sur l’offre et la demande sont récoltées mensuellement auprès de tous les établissements hôteliers (hôtels et établissements de cure), ainsi qu’auprès des terrains de camping et des auberges de jeunesse recensés par le registre des entreprises et des établissements (REE). Les données de l’hôtellerie sont ensuite diffusées 25 jours ouvrables après le mois sous revue. Les principales informations publiées ont trait à la capacité d’hébergement (nombre d’établissements, de chambres et de lits) ainsi qu’à la demande (arrivées et nuitées générées par pays de provenance des hôtes). D’autres indicateurs, tel que le taux net d’occupation des lits ou la durée de séjour, sont également mis à disposition du public. Tous les résultats de l’enquête sont disponibles à un niveau géographique très détaillé, le grain le plus fin étant la commune, pour autant que toutes les conditions de protection des données soient respectées. En ce qui concerne la parahôtellerie (terrains de campings et auberges de jeunesses uniquement), les résultats sont publiés annuellement avec une ventilation mensuelle. Le contenu des informations est semblable à celui de l’hôtellerie, même si les pays de provenance des hôtes présentent un niveau de détails plus sommaire et que le découpage géographique est plus global.

Les utilisateurs des données


La statistique de l’hébergement est utilisée dans le cadre d’analyses conjoncturelles dans de nombreux milieux: le tourisme certes, mais également les administrations publiques, les milieux de la recherche et l’économie privée. La Banque nationale suisse (BNS) utilise ainsi les nuitées des visiteurs étrangers dans le cadre de la balance suisse des paiements et les nuitées des hôtes indigènes pour l’analyse et les pronostics sur la consommation privée. La statistique de l’hébergement est également prise en compte dans les estimations trimestrielles du produit intérieur brut (PIB), réalisées par le Secrétariat à l’économie (Seco), ainsi que dans le compte satellite du tourisme et dans la balance touristique, diffusés par l’OFS.

Comparaisons internationales


Partie des accords bilatéraux entre la Suisse et l’Union européenne (UE), la coopération statistique permet à notre pays de disposer de données comparables à celles de ses voisins. Des informations relatives à l’hébergement sont publiées périodiquement par Eurostat. Au niveau international, l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) ainsi que l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) reçoivent régulièrement les données Hesta pour effectuer des analyses comparatives entre les pays sur l’hébergement et le tourisme en général.

Évolution de la demande dans l’hôtellerie: saison touristique d’hiver 2009


L’hôtellerie a connu une augmentation continue des nuitées depuis 2005. La saison touristique d’hiver 2009 (novembre 2008 à avril 2009) est, par contre, en recul par rapport à la même période de l’année précédente (voir tableau 1). La crise économique mondiale a certainement contribué à la baisse de fréquentation des établissements hôteliers durant cette période. Celle-ci est, cependant, plus forte chez les visiteurs étrangers que chez les Suisses. Cette tendance était déjà observable durant la saison d’été 2008 (mai 2008 à octobre 2008) pour les visiteurs en provenance des continents américain, asiatique et océanique. Pour la saison touristique d’hiver 2009, cette baisse des nuitées est également perceptible dans toutes les régions touristiques suisses, à l’exception de celle de Neuchâtel/Jura/Jura bernois, où la demande progresse légèrement. Ventilée mensuellement, la variation de la demande pour cette période par rapport à celle de l’année précédente est négative pour la plupart des mois (voir graphique 1). Seuls décembre et avril affichent une hausse. Le dernier cas s’explique principalement par le déplacement des fêtes de Pâques. En effet, celles-ci tombaient en mars en 2008 et en avril l’année suivante. Pour obtenir un résultat objectivement comparable, il est donc nécessaire de neutraliser cette influence et de cumuler les nuitées pour les mois de mars et avril. Ces deux mois affichent alors un recul des nuitées par rapport à la même période de l’année précédente. En l’absence de données européennes actualisées sur cette période, il est trop tôt pour évaluer si cette tendance se retrouve dans tous les pays de l’UE.

L’avenir de la statistique de l’hébergement


La statistique de l’hébergement va connaître quelques adaptations pour répondre aux normes européennes. Dès 2010, les données concernant les pays de provenances des hôtes seront affinées. Ceci permettra une comparaison complète entre les pays de l’UE et la Suisse en ce domaine. Parallèlement, la création d’une statistique complète sur la parahôtellerie, comprenant les hébergements collectifs ainsi que les logements de vacances, est actuellement à l’étude. La création de cette statistique est liée à plusieurs défis, notamment la définition de la base de sondage ainsi que la détermination de sources de données fiables et stables dans le temps. Ces deux éléments sont indispensables pour la réalisation d’une statistique officielle répondant aux exigences méthodologiques modernes.

Graphique 1 «Hôtels et établissements de cure: variation mensuelle des nuitées, saison touristique d’hiver 2008-2009»

Tableau 1 «Nuitées dans l’hôtellerie (en milliers), selon la provenance des hôtes et les régions touristiques, saisons touristiques d’été 2006-2008 et d’hiver 2007-2009»

Encadré 1: L’importance économique du tourisme en Suisse
En 2005, l’utilisation touristique totale en Suisse atteint 32,6 milliards de francs selon le compte satellite du tourisme produit par l’OFS. Sa valeur ajoutée brute est de 12,6 milliards de francs, soit 2,9% de la valeur ajoutée de l’économie suisse. Les 138 203 postes de travail en équivalent plein temps attribuables directement au tourisme représentent 4,4% de l’emploi total en Suisse en 2005.Atteignant 12,0 milliards de francs, les dépenses touristiques des hôtes de l’étranger correspondent à près de 40% de la demande touristique directe en 2005. Elles ont le même effet sur l’économie suisse que l’exportation de marchandises. La part du tourisme dans les exportations totales du pays (marchandises et services) est ainsi de 5,3%.

Proposition de citation: Yves Strauss (2009). La statistique de l’hébergement. La Vie économique, 01. septembre.