La Vie économique

Plateforme de politique économique

Remarque: pour afficher la version en PDF complète et correcte, cliquez ici.

En novembre 2006, le peuple suisse a adopté la nouvelle loi fédérale sur la coopération avec les États d’Europe de l’Est. Il a ainsi posé la première pierre de la contribution suisse à l’élargissement.À travers elle, la Suisse entend soutenir l’élargissement à l’Est de l’UE. Les projets et les programmes que cette contribution finance dans les douze nouveaux États membres doivent les aider à rattraper, économiquement et socialement, le reste de lUnion. La Suisse est un partenaire solidaire de l’UE et sa contribution renforce la cohésion en Europe, ce qui favorise sa stabilité et sa prospérité. La contribution à l’élargissement est, en outre, la suite logique de l’aide à la transition que notre pays a versé depuis le début des années nonante.Cette solidarité est mutuellement avantageuse, car elle renforce nos liens avec les États européens concernés et avec l’UE en général. Face à un partenaire responsable, l’on fait davantage preuve de respect et de bonne volonté. Nos exportations profitent également de cette stabilité et de ces gains de prospérité. Rappelons que l’UE est le principal partenaire politique de la Suisse et ses membres nos plus grands clients et fournisseurs. Or, le potentiel économique des nouveaux venus semble encore loin d’être épuisé.L’aide que notre pays accorde aux États les plus pauvres de l’UE est judicieuse et les succès se lisent dans le premier bilan intermédiaire tiré de la contribution d’un milliard de francs que la Suisse s’est engagée à verser aux dix pays qui ont adhéré en 2004. Le soutien est apporté là où il se révèle nécessaire et où la Suisse peut amener une véritable amélioration. La période dengagement sétend jusqu’en juin 2012, alors que la mise en œuvre et l’achèvement des projets ainsi financés doit se faire dici juin 2017. Un article de ce dossier indique comment sera utilisée la contribution de 257 millions de francs en faveur de la Bulgarie et de la Roumanie, qui sont les derniers et les plus pauvres adhérents à l’UE.La mise en place des projets financés par la contribution à l’élargissement dans les douze États membres représente une tâche importante pour notre pays, dans laquelle la DDC et le Seco s’investissent avec force et savoir-faire. Cette aide ne profite donc pas seulement à nos partenaires de l’UE, mais aussi à la Suisse.

Ambassadeur, directeur de la Direction des affaires européennes (DAE), Berne

Ambassadeur, directeur de la Direction des affaires européennes (DAE), Berne