La Vie économique

Plateforme de politique économique

Remarque: pour afficher la version en PDF complète et correcte, cliquez ici.

L’efficacité de la coopération économique au développement du Seco

L’efficacité de la coopération économique au développement a revêtu une importance croissante au cours des dernières années. Le public comme les Parlements des pays donateurs veulent savoir exactement comment les moyens mis à la disposition des pays en développement sont utilisés et ce quil en résulte. Cette préoccupation tranparaît dans les discussions internationales que suscitent les Objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies et la Déclaration de Paris émise par lOCDE sur lefficacité de laide. Les pays donateurs et bénéficiaires sont dès lors invités à travailler dans le sens dune meilleure efficacité. Lévaluation des projets de la coopération économique forme donc la base sur laquelle repose la présentation des résultats obtenus; elle permet aussi dutiliser les potentiels damélioration décelés lors du processus dapprentissage.

 

Le Secrétariat d’État à l’économie (Seco) a élaboré depuis des années des instruments de pilotage pour les projets qui concernent la coopération au développement économique. Il a défini une politique d’évaluation qui prévoit des règles claires pour l’examen des projets et des programmes sous l’angle de la planification, de la mise en œuvre, des résultats et des impacts obtenus (voir graphique 1).Le Seco poursuit deux objectifs fondamentaux lors de ses évaluations:1. Rendre compte de manière transparente des moyens financiers engagés dans la coopération économique au développement et des résultats obtenus.2. Alimenter le processus d’apprentissage interne avec les résultats obtenus. Cela contribue à optimiser les interventions de la coopération au développement économique et à en augmenter lefficacité. Concrètement, des recommandations sont adressées à la direction. Elles servent à élaborer des mesures dont le but est de renforcer la mise en œuvre méthodologique, le contenu et, par conséquent, l’impact des interventions.Les standards appliqués sont ceux de la Société suisse d’évaluation (Seval) et de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Le Seco a, par ailleurs, créé en 2009 un Comité d’évaluation externe
Le Comité d’évaluation externe se compose de cinq membres issus des milieux politique, académique, économique et international ainsi que de la société civile. Actuellement, il est présidé par M. Pietro Veglio. afin de renforcer les résultats obtenus. Cet organe a été expressément salué à sa création par le Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE. Il est notamment chargé de proposer des axes d’intervention pour l’examen des projets, de commenter les résultats des évaluations indépendantes et de veiller à la mise en œuvre des recommandations qu’elles contiennent.Le double objectif de reddition des comptes et dapprentissage a conduit le Seco depuis dix ans environ à procéder à une analyse systématique des résultats et de lefficacité de son activité. Celle-ci fait lobjet dun Rapport annuel sur l’efficacité de la coopération économique au développement. Seules quelques autres agences de développement connaissent également cette pratique. En se basant sur des évaluations externes, la coopération au développement économique analyse systématiquement les résultats et l’efficacité de ses activités dans les pays partenaires du Sud et de l’Est
Les rapports sont disponibles sur le site http://www.seco-cooperation.admin.ch, rubriques «Thèmes», «Évaluation», «Rapports d’évaluation»..Pour mesurer la performance globale de la coopération, on procède à une évaluation détaillée de projets individuels, en se basant sur quatre critères définis par le CAD/OCDE: pertinence, efficacité, efficience et durabilité (voir encadré 1

Les critères d’évaluation établis par le CAD/OCDEa

Pertinence

Il sagit de savoir dans quelle mesure les projets de développement correspondent aux besoins des bénéficiaires, aux exigences dun pays, aux priorités générales et aux politiques des partenaires.

Efficacité

Il sagit de savoir dans quelle mesure les objectifs des projets ont effectivement ou vraisemblablement été atteints, compte tenu de leur importance relative.

Efficience

Il sagit de savoir dans quelle mesure les ressources disponibles (personnel, moyens financiers, temps, etc.) sont utilisées de manière suffisamment rationnelle pour atteindre les résultats visés.

Durabilité

Il sagit de savoir dans quelle mesure les projets continuent de produire leurs effets bénéfiques, une fois que l’appui extérieur a cessé.

a CAD/OCDE, Glossary of Key Terms in Evaluation and Results Based Management, 2009.).

Les évaluations effectuées entre 2005 et 2010

Durant la période 2005-2010, le Seco a évalué 123 projets:− environ 77% d’entre eux ont été jugés satisfaisants ou très satisfaisants: en comparaison internationale, le Seco atteint ainsi des scores similaires à ceux d’autres agences bilatérales de développement;− quelque 23% ont été déclarés insatisfaisants: ce chiffre doit être mis en parallèle avec les difficultés de lenvironnement auquel la coopération au développement est confrontée; celle-ci doit proposer, dun côté, des approches novatrices pour combattre la pauvreté et, de lautre, composer avec des pays et des marchés où les conditions-cadres socioéconomiques et politiques sont instables, ce qui implique globalement des risques accrus.

Vue d’ensemble des résultats

En considérant les critères de lOCDE/CAD, les résultats sont les suivants:Pertinence: environ 87% de tous les projets du Seco évalués entre 2005 et 2010 ont donné des résultats satisfaisants et correspondaient bien aux besoins réels des pays partenaires. Le projet se trouvait ainsi justifié.Efficacité: les trois quarts des projets du Seco ont été mis en œuvre et ont atteint leurs objectifs. Par la suite, ces résultats ont également eu les effets escomptés, à un niveau plus élevé, sur la politique de développement.Efficience: environ 57% des projets évalués ont obtenu des résultats jugés bons ou très bons. Il existe surtout un potentiel d’amélioration dans la collecte des données: une meilleure cohérence dans ce domaine permettrait de réaliser des analyses coûts-bénéfices plus probantes. En outre, de nombreux projets n’ont pas été jugé suffisamment efficients, parce qu’ils ont pris plus de temps pour atteindre leurs objectifs que ce que l’on prévoyait initialement.Durabilité: 62% des projets obtiennent un résultat satisfaisant. Les autres 38% soumis à l’évaluation externe représentent le principal défi de la coopération au développement économique du Seco. Les raisons de ce résultat sont doubles. D’une part, il est difficile, au début d’un projet, de mesurer précisément le contexte dans lequel il va se dérouler. Cela conduit à formuler des appréciations beaucoup trop optimistes. D’autre part, il faut dès le départ impliquer davantage les partenaires et les préparer à défendre par eux-mêmes les intérêts du projet après le retrait du donateur
Cela suppose en particulier qu’ils disposent des moyens financiers nécessaires pour le faire.. La durabilité est le critère le plus difficile à atteindre et à mesurer.

Un exemple d’évaluation: le projet du centre national de production propre en Colombie

Prenons un exemple concret pour illustrer l’importance et la signification des concepts évoqués.De 1998 à 2009, le Seco a soutenu le Centre national de production propre («Cleaner Production Center», CPC), en Colombie. Ce centre de compétences conseille des entreprises colombiennes dans le domaine des nouvelles technologies environnementales. Son but est de promouvoir leur utilisation à la place des méthodes de production traditionnelles, en raison de leur meilleure efficacité énergétique et des ressources qu’elles épargnent.Pour ce qui est de la pertinence, les évaluateurs externes ont jugé ce projet très satisfaisant. D’une part, la Colombie se doit de recourir à des technologies compatibles avec une gestion durable des ressources naturelles, étant donné que celles-ci sont de plus en plus sollicitées en raison de la forte croissance économique. D’autre part, le CPC a été fondé en 1995 en toute indépendance par les autorités locales et il a expressément sollicité un transfert de technologie de la part de la Suisse. De ce fait, il correspondait parfaitement aux besoins réels du pays partenaire et des bénéficiaires.En ce qui concerne l’efficacité, le CPC colombien a obtenu une note satisfaisante pour les raisons suivantes: la plupart des objectifs assignés au projet ont été atteints; à titre d’exemple, le centre a conseillé ou formé environ 10 000 personnes et beaucoup d’entreprises ont adopté de nouvelles technologies qui leur ont effectivement permis de produire en économisant les ressources. Le projet d’appui au CPC de Colombie s’est caractérisé par son efficience élevée. En effet, les ressources humaines, financières et temporelles ont été utilisées de manière rationnelle, ce qui a permis au centre d’augmenter régulièrement son chiffre d’affaires et d’être autonome financièrement à partir de 2007.Le CPC de Colombie a acquis son indépendance financière, la fluctuation du personnel est restée modérée et le nombre d’employés a même légèrement augmenté. Le centre a fait preuve de souplesse et d’innovation face aux nouveaux défis et besoins qui sont apparus dans le domaine de la production propre. Cela a valu à l’intervention du Seco des notes très satisfaisantes en termes de durabilité: bien que l’appui extérieur ait cessé, les capacités créées par ce projet au niveau institutionnel, financier et personnel continuent de déployer leurs effets bénéfiques à moyen et à long termes.

Conclusion

La politique d’évaluation décrite dans cet article permet au Seco de disposer d’un instrumentaire reconnu internationalement avec lequel il peut identifier les forces et les faiblesses de ses projets. Il permet, à moyen terme, d’optimiser l’impact de la coopération économique au développement, en mettant en œuvre les mesures d’amélioration nécessaires. Il s’agit maintenant de s’attaquer aux défis qui concernent l’efficience et la durabilité, et de persister sur le plan de la pertinence et de l’efficacité, dont les résultats sont déjà bons depuis quelques années.

Graphique 1: «Évolution de l’activité d’évaluation au Seco»

Encadré 1: Les critères d’évaluation établis par le CAD/OCDEa

Les critères d’évaluation établis par le CAD/OCDEa

Pertinence

Il sagit de savoir dans quelle mesure les projets de développement correspondent aux besoins des bénéficiaires, aux exigences dun pays, aux priorités générales et aux politiques des partenaires.

Efficacité

Il sagit de savoir dans quelle mesure les objectifs des projets ont effectivement ou vraisemblablement été atteints, compte tenu de leur importance relative.

Efficience

Il sagit de savoir dans quelle mesure les ressources disponibles (personnel, moyens financiers, temps, etc.) sont utilisées de manière suffisamment rationnelle pour atteindre les résultats visés.

Durabilité

Il sagit de savoir dans quelle mesure les projets continuent de produire leurs effets bénéfiques, une fois que l’appui extérieur a cessé.

a CAD/OCDE, Glossary of Key Terms in Evaluation and Results Based Management, 2009.

Secteur Évaluation et controlling, Coopération et développement économiques, Secrétariat d’État à l’économie SECO

Secteur Évaluation et controlling, Coopération et développement économiques, Secrétariat d’État à l’économie SECO

Secteur Évaluation et controlling, Coopération et développement économiques, Secrétariat d’État à l’économie SECO

Secteur Évaluation et controlling, Coopération et développement économiques, Secrétariat d’État à l’économie SECO