La Vie économique

Plateforme de politique économique

Le Rapport sur la politique de croissance 2008–2011 du Conseil fédéral a cité plusieurs domaines où il serait possible d’intervenir en vue d’augmenter la croissance et la productivité. Quelques-uns d’entre eux relèvent des cantons; ainsi, le canton de Bâle-Ville a fait un pas important dans cette direction ces dernières années, puisqu’il a, par exemple, réduit le taux d’imposition maximal des bénéfices pour les entreprises et mis en place un programme d’allègement budgétaire pour les PME qui comprend une analyse d’impact de la réglementation. Il subsiste, en revanche, un potentiel de croissance indéniable dans le domaine de la promotion de l’innovation. L’amélioration des contacts entre la Confédération et les cantons, une meilleure co-opération entre les cantons euxmêmes et l’orientation systématique de la promotion de l’inno-vation sur les besoins des entreprises permettront de le concré-tiser.

Innovation, promotion de l’innovation et croissance

Seuls le progrès technique et l’innovation basée sur la technologie peuvent augmenter efficacement la productivité et la croissance économique à long terme. Si les entreprises suisses occupent une position souvent de haut niveau sur le marché mondial, elle le doivent essentiellement aux innovations technologiques; en effet, celles-ci ne peuvent pas être imitées si facilement étant donné les droits de la propriété intellectuelle ou le manque de compétences des concurrents. Il s’agit de saisir ses chances dans ce domaine, surtout dans une période où les marchés des devises et des capitaux dérapent et où la conjoncture pourrait se dégrader.Depuis 2007, le canton de Bâle-Ville poursuit une politique de promotion économique qui privilégie les entreprises innovatrices et dont la mesure principale consiste à renforcer la promotion de l’innovation. Nous évaluerons ci-après la situation spécifique de Bâle-Ville et de sa région, les défis auxquels le canton est confronté, la raison pour laquelle nous estimons que la promotion de l’innovation devrait être un des éléments les plus importants de la politique de croissance suisse et la manière d’y arriver.

Un modèle gagnant face aux défis

Après avoir connu une longue période de fléchissement dans les années nonante, l’économie suisse s’est nettement reprise depuis 2004 et a surmonté la récession de 2008 et 2009 sans trop de dégâts en comparaison avec de nombreux pays. La raison principale de cette évolution positive réside dans la force de l’industrie suisse qui, grâce à son niveau élevé de qualité et à sa capacité d’innovation, a réussi à se positionner brillamment dans la concurrence mondiale
Voir Müller & Eichler (2010)..Ces dernières années, le canton de Bâle-Ville a connu une croissance nettement supérieure à la moyenne suisse; il en va de même pour la productivité par habitant
Voir par exemple OCDE (2011a).. Notre territoire le doit notamment à l’industrie des sciences de la vie, qui y est fortement représentée et qui passe pour une des branches qui recourt le plus souvent à l’innovation
Voir Metrobasel (2011).. Sa croissance sur le site de recherche et de production de Bâle, qui comporte aussi des sièges d’entreprises, dépend fortement des innovations technologiques qui arrivent sur le marché. Malgré les succès enregistrés, tant la Suisse que le canton de Bâle-Ville doivent affronter des défis en matière d’innovation et de promotion de l’innovation. Par exemple, l’OCDE (2011a) conclut qu’il y a trop d’initiatives individuelles, que celles-ci font trop souvent cavalier seul et qu’il n’y a pas de système de promotion de l’innovation cohérent à l’échelle suisse. À cela s’ajoute les défis économiques dans les cantons, auxquels il est possible de répondre par une promotion de l’innovation ciblée.Concrètement, le canton de Bâle-Ville doit se pencher sur les questions suivantes:1. La ville possède certes une université, portée par les deux demi-cantons, qui excelle dans ses disciplines de prédilection; toutefois, si on la compare avec d’autres centres mondiaux de haute technologie, on constate que le paysage des hautes écoles s’est détérioré, tant du point de vue quantitatif que qualitatif.2. Les sciences de la vie et le petit nombre d’entreprises qui s’y exercent ont une importance énorme notamment en rai-son du succès durable que connaît cette branche. En 2006, 30 entreprises de Bâle-Ville (0,4% de la population des entre-prises) ont contribué pour plus de 4/5 à l’impôt sur les bénéfices. On retrouve la même tendance, quoique moins marquée, dans la répartition de l’emploi. Il faut savoir que cette tendance recèle des risques économiques et financiers pour le canton de Bâle-Ville.3. De nombreuses petites et moyennes entreprises (PME) ne parviennent pas aujourd’hui à trouver des partenaires de coopération dans les hautes écoles, dans les autres PME ou dans la grande industrie pour générer des projets.4. La dynamique des créations d’entreprises dans le Nord-Ouest de la Suisse se situait simplement dans la moyenne ces dernières années. Bon nombre de petites entreprises aujourd’hui seront les grandes entreprises performantes de demain, ou alors elles resteront petites tout en devenant des maillons importants dans la chaîne de valeur ajoutée régionale.

Renforcement de la promotion de l’innovation dans le Nord-Ouest de la Suisse

Depuis 2003, le canton de Bâle-Ville a mis en œuvre plusieurs dispositifs destinés à promouvoir l’innovation: il a créé un incubateur pour essaimage («spin-off incubator») en collaboration avec les hautes écoles dans le but d’augmenter le nombre des entreprises technologiques nées de cette manière à partir des hautes écoles. Une stratégie a été développée, en collaboration avec le canton de Bâle-Campagne et la Chambre de commerce des deux Bâle, afin d’améliorer l’implantation régionale des industries actives dans les sciences de la vie; celle-ci a déjà été mise en œuvre en grande partie. La promotion du site de Bâle-Ville/Bâle-Campagne et du Jura (BaselArea) est fortement axée sur les entreprises technologiques (surtout les sciences de la vie); dans certains secteurs technologiques, les PME bénéficient de conseils spécifiques. Créé durant l’été 2011 par le canton de Bâle-Ville qui l’administre, le Technologiepark Basel constitue également une offre attrayante sur le marché des jeunes entreprises évoluant dans le secteur de la haute technologie. Dans la mesure où ils peuvent déjà être évalués, les résultats de ces initiatives sont encourageants. Aujourd’hui, plus d’un millier d’entrepreneurs, représentants d’entreprises et chercheurs s’engagent dans les réseaux technologiques selon un système de milice. Une dizaine d’entreprises nées par essaimage se sont implantées dans l’incubateur de Bâle en une année, alors que le nombre de tous les essaimages à partir des hautes écoles se chiffrait auparavant à seulement trois ou quatre par année.Bâle-Ville prolongera ces dispositifs dans les années à venir. Il veut, en même temps, collaborer avec d’autres cantons du Nord-Ouest de la Suisse pour promouvoir l’innovation dans un sens qui:− ne comprendra pas seulement des mesures sélectives, mais proposera une offre étendue en matière d’encouragement et spécialisée dans le domaine technologique;− ne veut pas s’arrêter aux frontières du canton, mais s’orienter selon les limites de la région économique fonctionnelle;− ne veut pas se limiter aux besoins des hautes écoles, mais tenir largement compte ce ceux des entreprises.La manière de concevoir cette promotion de l’innovation s’appuie sur les expériences réalisées à Bâle-Ville et dans les autres cantons du Nord-Ouest de la Suisse. Ces paramètres sont présentés dans les chapitres ci-dessous.

La promotion de l’innovation est davantage qu’un transfert de savoir et de technologie

L’innovation revient toujours à lancer une nouveauté sur le marché. C’est pourquoi la promotion de l’innovation fait partie de la politique économique et doit se mesurer en fonction d’objectifs tels que la productivité et la croissance. De notre point de vue, cela signifie que la promotion de l’innovation peut inclure toutes les mesures qui débouchent sur une augmentation de la valeur ajoutée et de l’emploi grâce à l’innovation technologique et à des entreprises novatrices
Voir aussi OCDE (2010) et OCDE (2011b).. En font partie tant l’influence qu’exercent les conditions de base spécifiques à l’innovation (p. ex. la régulation pour la protection de la propriété intellectuelle) que l’encouragement au transfert de savoirs et de technologies ou les efforts consentis pour augmenter le nombre des entreprises novatrices. Les outils de promotion de l’innovation déploient leurs effets le plus souvent dans plus d’un domaine de la promotion économique et politique. Ainsi, des offres dans l’entreprenariat peuvent aussi être utilisées comme outil de promotion, ou des retours provenant de la maintenance traditionnelle contribuent à élaborer une réglementation propice aux innovations ou à exercer une influence sur la Berne fédérale. Ces essaimages instrumentaux ne peuvent pas être planifiés dans chaque cas, mais ils représentent une suite calculée de cette promotion de l’innovation. Cependant, pour obtenir les effets désirés, les organismes participants doivent collaborer sans interruption ou alors il faut regrouper les activités de promotion de l’innovation au sein d’un organisme spécialisé. C’est cette voie qu’il convient d’emprunter au Nord-Ouest de la Suisse (voir encadré 1

La promotion de l’innovation i-net Innovation Networks gérée conjointement dans le Nord-Ouest de la Suisse

Dans le Nord-Ouest de la Suisse, i-net Innovation Networks assurera la promotion de l’innovation pour les cantons d’Argovie, de Bâle-Campagne, de Bâle-Ville et du Jura dès le début de 2012. Cet organisme entend assumer toutes les formes de promotion qui ont un impact maximal au niveau régional. Les activités de portée régionale qui font partie de programmes déjà en place – tels que i-net Bâle, le Consortium de transfert de savoir et de technologie du Nord-Ouest de la Suisse de la CTI (WKNW) ou Biovalley Interreg – seront intégrées dans la promotion commune de l’innovation.Plusieurs réseaux de technologie (par exemple la nanotechnologie) ayant un rapport étroit avec les points forts que la branche a développé dans la région sont au cœur d’i-net Innovation Networks. L’organisme se charge de l’administration et de la communication pour ces réseaux et met à leur disposition une personne possédant un savoir-faire technologique. Le contenu des réseaux de technologie est fixé par les entrepreneurs et les représentants des entreprises et des hautes écoles, qui effectuent ce travail le plus souvent à titre bénévole.En plus de ces réseaux, i-net Innovation Networks offre des prestations dans les domaines du Business Development et de l’internationalisation, dont les entreprises – quelles que soient les technologies utilisées – peuvent profiter. Le réseau se sert des compétences des personnes actives dans d’autres circuits chargés d’aider l’organisme dans ses prestations. En outre, i-net Innovation Networks travaillera en étroite collaboration avec les organismes de promotion économique et de maintenance des cantons concernés, afin d’utiliser la technologie et le savoir-faire présents dans les réseaux. Ainsi, des entrepreneurs expérimentés issus du réseau pourront conseiller des jeunes entrepreneurs ou recommander le site du Nord-Ouest de la Suisse lors de manifestations de promotion à l’étranger.La promotion de l’innovation commune du Nord-Ouest de la Suisse profitera des expériences que i-net Bâle a réalisées depuis 2003; cette dernière a été fondée conjointement par des entrepreneurs et le canton de Bâle-Ville en tant qu’organe de promotion de l’innovation, d’abord dans le domaine des technologies de l’information et de la communication puis, plus tard, dans la nanotechnologie ainsi que les technologies vertes et énergétiques.

).

Répartition claire du travail entre la Confédération et les cantons

La répartition du travail entre la Confédération et les cantons n’a jamais vraiment été claire dans le passé
Voir également OCDE (2011a).. Avec l’évaluation de la CTI, et les conséquences qui en découlent, par exemple pour l’avenir des consortiums de TT, il semble que l’on dispose d’une base de répartition plus efficace du travail entre la Confédération et les cantons. Cette répartition devrait suivre les limites décrites dans le débat sur les systèmes d’innovation nationaux et régionaux
Voir Asheim & Gertler (2005).: 1. Les conditions de base spécifiques à l’innovation (comme la protection de la propriété intellectuelle) sont surtout conçues au niveau national, quand elles ne font pas l’objet d’une convention internationale. Ici, l’objectif consiste à créer un cadre aussi étendu, uniforme et fiable que possible pour les activités d’innovation des entreprises. Là où la masse critique ou la pression de la concurrence stimulent la qualité (comme les programmes d’encouragement de la recherche), un pilotage au niveau national ou même international s’avère efficace.2. D’autres aspects de la promotion de l’innovation impliquent d’entretenir des contacts serrés avec les entreprises, parce qu’ils sont étroitement liés avec, par exemple, les activités de promotion économique (aide à la création d’entreprises, mise sur pied de parcs technologiques et de pépinières d’entreprises) ou quils sont orientés vers la promotion des réseaux régionaux et des pôles de sièges d’entreprises. Afin d’éviter une promotion de l’innovation «hors-sol», la responsabilité de ces activités devrait incomber au canton. Une telle répartition du travail exige de resserrer les contacts entre la Confédération et les cantons; ces derniers doivent ainsi être prêts à intensifier volontairement leur collaboration au sein d’une région fonctionnelle. Nous estimons que la concurrence entre les différentes places économiques qui émergerait dans les régions suisses dans le domaine de la promotion de l’innovation serait de cette façon positive, parce quelle susciterait de nouvelles solutions susceptibles d’être consolidées.Dans le Nord-Ouest de la Suisse, un organisme commun devra proposer le plus grand nombre possible de mesures en matière de promotion de l’innovation. Il servira aussi d’interface à la CTI. On prévoit surtout des mesures dont le succès dépendra de l’obtention d’une masse critique et aussi de la proximité géographique, autrement dit des activités dans les réseaux d’innovation, le transfert de savoir et de technologie, l’entreprenariat ou l’internationalisation (voir encadré 1

La promotion de l’innovation i-net Innovation Networks gérée conjointement dans le Nord-Ouest de la Suisse

Dans le Nord-Ouest de la Suisse, i-net Innovation Networks assurera la promotion de l’innovation pour les cantons d’Argovie, de Bâle-Campagne, de Bâle-Ville et du Jura dès le début de 2012. Cet organisme entend assumer toutes les formes de promotion qui ont un impact maximal au niveau régional. Les activités de portée régionale qui font partie de programmes déjà en place – tels que i-net Bâle, le Consortium de transfert de savoir et de technologie du Nord-Ouest de la Suisse de la CTI (WKNW) ou Biovalley Interreg – seront intégrées dans la promotion commune de l’innovation.Plusieurs réseaux de technologie (par exemple la nanotechnologie) ayant un rapport étroit avec les points forts que la branche a développé dans la région sont au cœur d’i-net Innovation Networks. L’organisme se charge de l’administration et de la communication pour ces réseaux et met à leur disposition une personne possédant un savoir-faire technologique. Le contenu des réseaux de technologie est fixé par les entrepreneurs et les représentants des entreprises et des hautes écoles, qui effectuent ce travail le plus souvent à titre bénévole.En plus de ces réseaux, i-net Innovation Networks offre des prestations dans les domaines du Business Development et de l’internationalisation, dont les entreprises – quelles que soient les technologies utilisées – peuvent profiter. Le réseau se sert des compétences des personnes actives dans d’autres circuits chargés d’aider l’organisme dans ses prestations. En outre, i-net Innovation Networks travaillera en étroite collaboration avec les organismes de promotion économique et de maintenance des cantons concernés, afin d’utiliser la technologie et le savoir-faire présents dans les réseaux. Ainsi, des entrepreneurs expérimentés issus du réseau pourront conseiller des jeunes entrepreneurs ou recommander le site du Nord-Ouest de la Suisse lors de manifestations de promotion à l’étranger.La promotion de l’innovation commune du Nord-Ouest de la Suisse profitera des expériences que i-net Bâle a réalisées depuis 2003; cette dernière a été fondée conjointement par des entrepreneurs et le canton de Bâle-Ville en tant qu’organe de promotion de l’innovation, d’abord dans le domaine des technologies de l’information et de la communication puis, plus tard, dans la nanotechnologie ainsi que les technologies vertes et énergétiques.

).

Promotion de l’innovation régionale: réseaux, orientation-clients, prestations

Notre expérience montre que la mesure principale consiste à bien gérer les réseaux technologiques et les transferts de savoir et de technologie qui en font partie
Voir Asheim et al. (2007).. Les réseaux sont importants pour les entreprises, parce que les processus d’innovation s’opèrent avec les fournisseurs, les clients, les partenaires de recherche privés ou les hautes écoles. Malgré des contacts commerciaux toujours plus importants au niveau international, les réseaux régionaux présentent des avantages spécifiques par rapport aux réseaux nationaux ou internationaux en raison de la faiblesse des prix de transaction, d’une culture d’entreprise semblable ou de contact déjà existants
Voir Gertler & Levitte (2005).. Les technologies «jeunes» ne maîtrisent souvent pas de tels réseaux. La promotion de l’innovation peut contribuer à les faire naître et à renforcer les effets positifs externes. Il faut donc que plusieurs champs technologiques ciblés soient soutenus dans le cadre de la promotion de l’innovation commune du Nord-Ouest de la Suisse en entretenant des liens étroits avec les branches fortes de la région. Aujourd’hui, la promotion des réseaux fait partie du répertoire standard de la politique de promotion économique. Pourtant, de nombreuses initiatives ne portent pas leurs fruits et n’engendrent ni innovation ni croissance; cela est dû, à notre avis, à des erreurs de conception et de mise en œuvre. Ainsi, les connaissances de l’État ou de ses offices de promotion économique sont nettement moins bonnes en matière de technologies spécifiques et d’applications que celles des entreprises. C’est pourquoi ce ne sont pas l’État ni ses offices de promotion économique qui dirigeront la promotion de l’innovation dans le Nord-Ouest de la Suisse. En fait, ce sont les entreprises ou leurs représentants qui décideront de la direction que prendront les réseaux. L’objectif de cette intégration est de doter la promotion de l’innovation du plus de compétences technologiques possible. Par expérience, nous constatons que les représentants des entreprises engagés dans le réseau s’investissent ailleurs en faveur du site, par exemple dans le cadre d’activités de promotion à l’étranger ou dans des services de conseil et de coaching pour les jeunes entreprises, ce qui est positif. L’État et ses promoteurs économiques exercent un rôle subsidiaire, mais important, lors de la gestion des réseaux. Celui-ci consiste à épauler les entreprises dans un partenariat neutre, à cons-truire une «infrastructure» pour les réseaux et à communiquer au niveau interne et externe.Il est, en outre, essentiel que les activités et les prestations soient réalisables sans gros obstacles et accessibles facilement. Il faut désigner des interlocuteurs précis, tandis que les activités et les prestations doivent avoir des objectifs clairs et aisément communicables. Dans le cadre de la promotion de l’innovation du Nord-Ouest de la Suisse, il existera un portefeuille de prestations clairement structuré que l’on pourra identifier facilement au-delà de tous les champs technolo-giques.Pour qu’en fin de compte, les entreprises puissent profiter de tous les avantages de la promotion de l’innovation, elles doivent se montrer prêtes à investir beaucoup de temps. Cette disponibilité des «clients» de la promotion de l’innovation sera un indicateur important pour savoir si les thèmes visés et les prestations proposées correspondent réellement aux besoins. Seules celles qui réussiront le test du marché resteront dans la sélection.

Conclusion

La promotion de l’innovation a désormais la possibilité de s’investir davantage en faveur non seulement de l’innovation, mais aussi de la croissance, à condition que son organisation et ses programmes soient optimisés. Il faut, par exemple, une répartition du travail entre la Confédération et les cantons qui soit plus claire, que l’on peut résumer en gros par «conditions de base au niveau fédéral» et «activités de promotion économique au niveau cantonal». Une promotion de l’innovation régionale dotée de compétences technologiques représente un partenariat performant dans la promotion nationale de l’innovation. Nous plaidons, en outre, en faveur de l’instauration d’une concurrence institutionnelle entre les régions.Au niveau des cantons, nous estimons qu’il est important de réduire le nombre des organismes financés par l’État et de consolider la collaboration régionale entre les cantons, même si cela implique une délégation de compétences douloureuse politiquement parlant des autorités cantonales vers les organismes suprarégionaux. De plus, les liens étroits entre les différentes activités, qui vont de la promotion du transfert de savoir et de la technologie à la promotion des sites, sont un facteur de succès et un atout de compétitivité. En effet, notre expérience a montré que la promotion de l’innovation doit être simplifiée, afin que les entreprises puissent s’adresser à des interlocuteurs clairs et bénéficier de prestations explicites et aisément compréhensibles. Dans le Nord-Ouest de la Suisse, les améliorations mentionnées doivent être mises en place en mutualisant les efforts des cantons d’Argovie, de Bâle-Campagne, de Bâle-Ville et du Jura en matière d’innovation. Ceux-ci attendent de cet organisme qu’il contribue à la croissance économique, en augmentant par exemple le nombre de créations d’entreprises ou en développant des entreprises existantes.

Encadré 1: La promotion de l’innovation i-net Innovation Networks gérée conjointement dans le Nord-Ouest de la Suisse

La promotion de l’innovation i-net Innovation Networks gérée conjointement dans le Nord-Ouest de la Suisse

Dans le Nord-Ouest de la Suisse, i-net Innovation Networks assurera la promotion de l’innovation pour les cantons d’Argovie, de Bâle-Campagne, de Bâle-Ville et du Jura dès le début de 2012. Cet organisme entend assumer toutes les formes de promotion qui ont un impact maximal au niveau régional. Les activités de portée régionale qui font partie de programmes déjà en place – tels que i-net Bâle, le Consortium de transfert de savoir et de technologie du Nord-Ouest de la Suisse de la CTI (WKNW) ou Biovalley Interreg – seront intégrées dans la promotion commune de l’innovation.Plusieurs réseaux de technologie (par exemple la nanotechnologie) ayant un rapport étroit avec les points forts que la branche a développé dans la région sont au cœur d’i-net Innovation Networks. L’organisme se charge de l’administration et de la communication pour ces réseaux et met à leur disposition une personne possédant un savoir-faire technologique. Le contenu des réseaux de technologie est fixé par les entrepreneurs et les représentants des entreprises et des hautes écoles, qui effectuent ce travail le plus souvent à titre bénévole.En plus de ces réseaux, i-net Innovation Networks offre des prestations dans les domaines du Business Development et de l’internationalisation, dont les entreprises – quelles que soient les technologies utilisées – peuvent profiter. Le réseau se sert des compétences des personnes actives dans d’autres circuits chargés d’aider l’organisme dans ses prestations. En outre, i-net Innovation Networks travaillera en étroite collaboration avec les organismes de promotion économique et de maintenance des cantons concernés, afin d’utiliser la technologie et le savoir-faire présents dans les réseaux. Ainsi, des entrepreneurs expérimentés issus du réseau pourront conseiller des jeunes entrepreneurs ou recommander le site du Nord-Ouest de la Suisse lors de manifestations de promotion à l’étranger.La promotion de l’innovation commune du Nord-Ouest de la Suisse profitera des expériences que i-net Bâle a réalisées depuis 2003; cette dernière a été fondée conjointement par des entrepreneurs et le canton de Bâle-Ville en tant qu’organe de promotion de l’innovation, d’abord dans le domaine des technologies de l’information et de la communication puis, plus tard, dans la nanotechnologie ainsi que les technologies vertes et énergétiques.

Encadré 2: Bibliographie

Bibliographie

− Asheim B., Coenen L., Moodysson J. et Vang J., «Constructing Knowledge-Based Regional Advantage: Implications for Regional innovation Policy», International Journal of Entrepreneurship and innovation Management, vol. 7, n° 2–5, 2007, p. 140–155.− Asheim B.T. et Gertler M., «Regional innovation Systems and the Geographical Foundations of innovation», dans Fagerberg J., Mowery D. et Nelson R. (éd.), The Oxford Handbook of innovation, Oxford, 2005, p. 291–317.− Gertler M. S. et Levitte Y. M., «Local Nodes in Global Networks: The Geography of Knowledge Flows in Biotechnology innovation», Industry & innovation, 12, 2005, p. 487–507.− Metrobasel, Die Metropolitanregion Basel, ihre Branchen und Regionen im globalen Standortwettbewerb; Pharmaszenarien 2020 und ihre Auswirkungen, Bâle, 2011.− Müller U. et Eichler M., «La Suisse et ses régions face à la concurrence internationale», La Vie économique, 5-2011, p. 20–24.− OCDE, The OCDE innovation Strategy. Getting A Head Start on Tomorrow, Paris, 2010 (sommaire et résumé en français).− OCDE, Examens territoriaux de l’OCDE: Suisse, Paris, 2011 (a).− OCDE, Attractiveness for innovation. Location Factors for International Investment, Paris, 2011 (b).− Conseil fédéral, Politique de croissance 2008-2011: nouvelles mesures pour renforcer la croissance économique en Suisse. Rapport en réponse à la motion 01.3089: «Politique de croissance. Sept mesures», Berne, 2008.

Chef du service de l’économie, Office de l’économie et du travail de Bâle-Ville, Bâle

Chef de la section Branches et entreprises, Office de l’économie et du travail de Bâle-Ville, Bâle

Chef du service de l’économie, Office de l’économie et du travail de Bâle-Ville, Bâle

Chef de la section Branches et entreprises, Office de l’économie et du travail de Bâle-Ville, Bâle