La Vie économique

Plateforme de politique économique

Remarque: pour afficher la version en PDF complète et correcte, cliquez ici.

Les activités entrepreneuriales ont un impact sur la biodiversité et les écosystèmes. Elles dépendent, de leur côté, des produits naturels, comme les plantes, l’eau ou le sol, ainsi que de multiples services rendus par 
les écosystèmes comme la pollinisation, la purification de l’eau, la régulation des 
inondations et du climat, la formation des sols et le recyclage des nutriments. Des 
écosystèmes fragilisés présentent, dès lors, des risques immédiats, qui devraient motiver les entreprises à modifier leurs pratiques dommageables.

Les entreprises ont de plus en plus conscience de l’environnement et des questions sociales

Beaucoup de compagnies ont de plus en plus conscience de cet impact et de cette dépendance, ce qui les conduit à mesurer et à gérer les risques. Certaines ont commencé à prendre des mesures afin d’alléger la pression qui pèse sur la biodiversité et à adopter des approches préventives à long terme. La prochaine étape sera de dégager des activités commerciales qui bénéficient à la fois à la biodiversité et à la population. Cela constitue également le principal objectif de la collaboration de l’UICN avec le secteur privé. Pour y parvenir, cet organisme promeut et soutient le développement de chaînes d’approvisionnement qui appliquent des normes durables et engagent des mécanismes de protection.Les normes privées volontaires sont des lignes directrices applicables à différents processus dans la chaîne d’approvisionnement de biens ou de services, et qui comprennent un mécanisme de suivi et d’évaluation. Ces normes sont essentielles au développement et à la définition de pratiques durables, contrôlées en toute indépendance. Elles 
représentent également une première étape sur le chemin qui doit mener l’économie à internaliser la biodiversité et les coûts sociaux. L’UICN offre son soutien aux entreprises qui développent leurs propres normes en s’assurant qu’elles se basent sur les plus récentes données scientifiques et ont reçu les commentaires de nombreuses parties prenantes. Les partenariats public-privé (PPP) offrent également la possibilité d’implanter des normes privées volontaires.

L’exemple du projet Allanblackia

Le projet Allanblackia, mis en place par le Secrétariat d’État à l’économie (Seco) en 2002, constitue un bon exemple de PPP. Au Ghana et en Tanzanie, les graines de l’allanblackia servent à produire une huile traditionnelle, utilisée dans la cuisine et la savonnerie. L’arbre pousse dans des zones où la biodiversité est riche, même si la pauvreté y est souvent fortement présente; la demande pour les biens générés par la forêt est donc importante. Créer un marché pour cette huile signifie promouvoir la biodiversité locale et les produits de la forêt, qui seraient autrement décimée pour servir de bois de chauffage. La Novella African Initiative a été mise sur pied pour soutenir un programme destiné à valoriser la production d’huile d’allanblackia. Ce PPP, qui réunissait notamment le Seco, l’UICN, Unilever et des compagnies locales, devait construire une chaîne d’approvisionnement durable qui renforcerait les bases de l’économie locale tout en restaurant le paysage forestier.Après une première phase, un partenariat avec l’Union of Ethical Bio Trade (UEBT) a été conclu. Son rôle dans ce projet était de développer un concept de différenciation sur le marché et de participer à l’établissement de normes permettant une production 
durable d’allanblackia. Son statut d’union lui donnait également la mission de développer les capacités des parties prenantes à chaque étape de la chaîne d’approvisionnement. L’application durable des normes demande pratiquement toujours une formation 
complémentaire des personnes intéressées.Les normes UEBT sont maintenant en place: elles encouragent le respect des in-
grédients provenant de la biodiversité. Les compagnies participant au PPP se sont en-gagées à prêter attention à sa conservation, 
à respecter le savoir traditionnel et à garantir le partage équitable des bénéfices. Le prochain défi consistera à adapter les normes 
à une production d’allanblackia en aug-mentation, afin que la durabilité continue d’être garantie à toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement.

Programme Officer, Global Forests and Climate Change Programme, Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)

Programme Officer, Global Forests and Climate Change Programme, Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)