Rechercher

Respecter les principes de financement des transports et accroître la disposition des usagers de la route à payer

Le Conseil fédéral prévoit qu’à partir de 2017, les besoins ordinaires de la route ne pourront pas être intégralement couverts sur le plan financier. Il faut en chercher les raisons dans les projets d’investissement en attente et dans l’évolution incertaine des recettes issues des taxes et redevances à affectation obligatoire qui grèvent le trafic routier. Compte tenu aussi de l’élimination urgente des goulets d’étranglement sur le réseau des routes nationales et des mesures visant à réduire le trafic dans les agglomérations, les besoins d’investissement se montent à plus de 60 milliards de francs jusqu’en 2030. Seule la moitié du financement est assuré. Il existe pourtant des règles à respecter en la matière.
Share on twitter
Share on linkedin
Share on facebook
Share on whatsapp

Respecter les principes de financement des transports et accroître la disposition des usagers de la route à payer