Rechercher

Analyser les données pour accroître la sécurité

Les assurances possèdent des quantités de données, par exemple sur la valeur des équipements, les cambriolages ou les dégâts dus à la grêle. Cette masse d’informations représente un défi, mais elle ouvre également des perspectives. La Mobilière analyse les données en collaboration avec l’EPFZ et l’université de Berne.

On peut imaginer différents domaines d’intervention le long de la chaîne de valeur ajoutée d’une assurance. En règle générale, il faut trouver de nouveaux schémas ou tendances sur la base de données structurées et non structurées. Hormis les critères connus des données massives, la qualité de ces dernières est essentielle pour filtrer le savoir pertinent.

Collaboration avec les hautes écoles


La Mobilière collabore avec des hautes écoles, soit avec l’université de Berne sur les risques naturels et avec l’EPFZ pour les données massives. Ces initiatives doivent contribuer au développement durable de la Suisse. La sécurité est le bien le plus précieux de la société et surtout des individus. Comme le montrent les chiffres de l’Office fédéral de la statistique (OFS), les cambriolages et les vols ont sensiblement augmenté depuis 2009. Une recrudescence constatée également par les assurances qui enregistrent davantage de sinistres. Nous voulons contrecarrer cette tendance. Avec l’EPFZ, nous avons lancé un projet qui vise à établir des pronostics, au moyen de différents algorithmes, concernant les risques de cambriolages. Ces analyses serviront à développer une application qui sera accessible à tous les habitants de ce pays. Des conseils utiles aideront les utilisateurs à prévenir les effractions et donc à réduire les risques. Le logiciel ne contiendra pas d’informations sur des personnes ou des cas concrets de cambriolage. Toutes les données seront présentées sous une forme anonyme et agrégée. De ce fait, il ne sera pas possible d’en tirer des conclusions relatives à des individus.

Éviter les dégâts où c’est possible


Les résultats obtenus par la recherche climatique et l’analyse des cambriolages nous permettent, d’une part, d’alimenter des publications scientifiques et, d’autre part, d’élaborer des mesures de prévention. Il est possible de sélectionner et de définir avec davantage de précision des dispositifs de protection contre les risques naturels. La Mobilière a également d’autres projets contre le cambriolage et le vol. La prévention sert toute la société. En tant qu’assureurs, nous avons également tout intérêt à ce que les dégâts ne surviennent pas.

Proposition de citation: Gundula Heinatz Buerki (2014). Analyser les données pour accroître la sécurité. La Vie économique, 01. mai.

Les laboratoires de recherche de la Mobilière dans les hautes écoles

Université de Berne

  • Depuis 2011: chaire de recherche en climatologie, centrée sur les événements extrêmes dans la zone alpine.
  • Depuis 2013: extension de la collaboration et création du Laboratoire de la Mobilière sur les risques naturels.
  • Recherche appliquée dans les domaines de la grêle, des tempêtes et des crues. Premiers résultats en 2014.
  • Depuis 2013: Laboratoire Mobilière d’analyse des données, recherche appliquée dans les domaines de la prévision des cambriolages et de l’analyse des médias sociaux. Premiers résultats en 2014.

EPFZ

  • Depuis 2013: Laboratoire Mobilière d’analyse des données, recherche appliquée dans les domaines de la prévision des cambriolages et de l’analyse des médias sociaux. Premiers résultats en 2014.