Rechercher

Depuis des années, la démographie, les mutations structurelles et la politique sociale font augmenter les dépenses liées aux prestations complémentaires. La marge de manœuvre pour réduire les coûts est très étroite. Les assurances sociales doivent réagir.

Prestations complémentaires : beaucoup d’inducteurs et peu d’inhibiteurs de coûts

Les mutations structurelles font progresser les dépenses. Pour les jeunes peu qualifies, le revenu assuré ne suffit souvent pas, en cas d'invalidité.