La Vie économique

Plateforme de politique économique

Cet article fait partie de la thématique «Promotion et financement des jeunes pousses»

« L’aide à la création d’entreprises a gagné en efficience »

Le terreau est favorable aux jeunes pousses en Suisse. Cyrille Boinay, cofondateur de la « start-up » fribourgeoise Bcomp, le constate dans un entretien accordé à La Vie économique. Il regrette néanmoins une certaine frilosité.

Les cofondateurs de l’entreprise fribourgeoise de textile Bcomp, Christian Fischer (à gauche) et Cyrille Boinay. Étoffe en fibre de lin pour planche de surf. (Photo: Bcomp)

M. Boinay, comment qualifieriez-vous le contexte suisse pour votre jeune entreprise ?

Bien qu’il varie d’un canton à l’autre, le contexte est généralement plutôt favorable. On bénéficie d’un niveau de formation élevé, de la stabilité politique et de la prospérité économique. L’aide accordée par les organismes de promotion régionaux et nationaux à la création d’entreprises a particulièrement gagné en efficience ces cinq dernières années.

Comment peut-on améliorer les conditions-cadres ?

Le niveau des salaires est relativement élevé et l’accès de la main-d’œuvre spécialisée étrangère au marché de l’emploi n’est assurément pas satisfaisant. En outre, l’encouragement de l’innovation devrait être encore plus ciblé. Toutefois, le principal problème est à mes yeux la frilosité qui règne dans la culture entrepreneuriale et la création d’entreprises, peu axée sur la recherche. Notre pays regorge en effet de bonnes idées, mais il manque de jeunes entrepreneurs audacieux qui sachent les monétiser.

Comment avez-vous financé votre entreprise ?

Par des prix et des emprunts durant la phase d’amorçage et par des fonds propres par la suite.

Comment se situe la Suisse par rapport aux autres pays pour ce qui est des jeunes entreprises ?

J’estime que la plus grande différence se trouve dans la culture liée à la création d’entreprises. Aux États-Unis, un échec est vécu comme une expérience. Les créations d’entreprises sont considérées comme un agrégat et les investissements sont octroyés bien plus rapidement, pour des montants supérieurs. En revanche, le robinet est immédiatement fermé si les objectifs intermédiaires ne sont pas atteints. Toutefois, comparaison n’est pas raison : il faut plutôt trouver nos propres marques et nos propres modèles en ce qui concerne les jeunes pousses. Ce n’est possible que si la réussite économique vient couronner les bases scientifiques déjà posées. Nous constatons, certes, une tendance à la création d’entreprises en Suisse. Celle-ci n’est cependant pas encore solidement enracinée dans la société.

 

Entretien réalisé par écrit.

Cofondateur et directeur du marketing de Bcomp (Fribourg)

Bcomp : des fibres naturelles ultralégères conçues à Fribourg

Installée sur le site de l’ancienne brasserie Cardinal à Fribourg, la société Bcomp met au point des fibres naturelles ultralégères, utilisées par exemple pour la fabrication de skis et de planches de surf. Les matières composites sont fabriquées en Allemagne, en Angleterre et en Équateur. Fondée en 2011 par Cyrille Boinay et trois autres amateurs de sport, Bcomp emploie actuellement dix personnes et affiche une croissance à deux chiffres. L’an passé, elle a atteint le seuil de rentabilité.

Cofondateur et directeur du marketing de Bcomp (Fribourg)