Rechercher

Digitalswitzerland : ensemble pour un carrefour numérique au succès mondial

Digitalswitzerland : ensemble pour un carrefour numérique au succès mondial

La quatrième révolution industrielle est sur toutes les lèvres et était au centre des discussions lors du World Economic Forum (WEF) en 2015. Elle suscite l’admiration et ouvre pour beaucoup des lendemains enchanteurs. Chez d’autres, elle est source d’angoisse, car, à n’en pas douter, elle changera de fond en comble nos habitudes, le marché de l’emploi et la société : notre existence somme toute.

Pour certains, la Suisse est jusqu’ici passée à côté de la numérisation. Ce n’est pas entièrement vrai, mais pas faux non plus. Il faut en effet admettre que nous avons un temps de retard sur la Silicon Valley, Berlin, Israël ou même la Chine.

Pourtant, la Suisse est fin prête et a plusieurs atouts dans ses bagages. Par exemple, dans le domaine de la formation, nos universités et nos hautes écoles spécialisées ont une excellente réputation. Elles sont très bien notées au niveau international. C’est particulièrement vrai pour les deux EPF qui occupent une place de choix parmi les instituts techniques. Le Global Innovation Index 2016, pour sa part, considère que la Suisse est l’économie la plus innovante du monde pour la sixième fois consécutive. N’oublions pas non plus la qualité de vie élevée, qui se reflète dans les classements internationaux où les villes suisses figurent aux premiers rangs. Enfin, notre sécurité et notre neutralité sont reconnues internationalement et citées comme des critères de qualité.

Donner un visage à la numérisation


Malgré ces atouts, la Suisse peine à exploiter pleinement son potentiel. Elle craint de s’engager, elle ne cherche pas à penser globalement et n’arrive pas à investir du capital-risque à grande échelle. C’est ici qu’entre en jeu l’association Digitalswitzerland, largement soutenue par l’économie : nous voulons que la Suisse soit un carrefour mondial de l’innovation, tout en intéressant les jeunes pousses prometteuses et les bailleurs de fonds.

Notre initiative, qui prend toujours plus d’ampleur et réunit déjà plus de cinquante grandes entreprises, PME et institutions, donne un visage à la numérisation suisse. Nous cherchons le dialogue avec les décideurs suisses et étrangers. Nous participons à des événements techniques, comme le World Web Forum ou le Digital Festival. Nous connectons les régions linguistiques ainsi que les branches économiques. Sur la plateforme Education Digital, nous regroupons les offres de formation continue, par exemple des ateliers de commerce numérique ou des cours sur les médias sociaux. Des initiatives telles que Kickstart Accelerator ou Investor Summit visent à développer la communauté suisse des jeunes pousses et des investisseurs, et à jeter des ponts entre eux à travers les frontières.

Les chances de la quatrième révolution industrielle


L’industrie 4.0 comporte des risques, mais aussi et surtout des chances. À chacune des trois précédentes révolutions industrielles, la Suisse a réussi à promouvoir la création d’entreprises et à se positionner comme un leader mondial en matière de nouvelles technologies. Tel devrait également être notre objectif pour la quatrième révolution industrielle. Créons de nouvelles entreprises au succès mondial et soutenons nos jeunes pousses, nos PME et nos grandes entreprises dans la numérisation.

Pour cela, investissons dans les bonnes idées et suivons le principe « penser grand et à l’échelle mondiale ». Nous jetterons ainsi la base de nouveaux profils professionnels et emplois en Suisse. Nous attirerons des idées commerciales prometteuses du monde entier pour nous installer dans l’ère numérique avec une économie et une société saines. Osons aller de l’avant !

Proposition de citation: Nicolas Bürer (2017). Digitalswitzerland : ensemble pour un carrefour numérique au succès mondial. La Vie économique, 23. mars.