Rechercher

Si, selon une étude du KOF, les prix immobiliers restent principalement tributaires de l’offre et de la demande, ils n’en sont pas moins stimulés par la faiblesse actuelle des taux hypothécaires. Ce phénomène est particulièrement marqué pour les appartements en propriété.
À Zurich, la hausse de la demande en logements est confrontée à la faiblesse de l'offre. Les prix immobiliers sont donc tirés vers le haut. Les intéressés n'en font pas moins la queue pour visiter les nouveaux quartiers d'habitation.