La Vie économique

Plateforme de politique économique

Tendances conjoncturelles, printemps 2018

Durant le second semestre 2017, la reprise conjoncturelle de la Suisse s’est étayée et a gagné en dynamisme. Le marché du travail émet également des signaux clairement positifs. Au vu de la bonne conjoncture internationale ainsi que de l’environnement d’investissement favorable, les prévisions tablent sur une poursuite de la solide reprise économique.

(Photo: Keystone)

Économie mondiale

Bien que dans de nombreux pays industrialisés, l’évolution conjoncturelle, au 4e trimestre, ne se soit pas tout à fait maintenue au niveau du trimestre précédent, la croissance, notamment dans la zone euro, est restée supérieure à la moyenne et géographiquement bien étayée. Dans les grands pays émergents, la situation est plus disparate : tandis que la Chine et l’Inde ont connu un développement dynamique, la croissance a ralenti au Brésil et en Russie depuis le milieu de l’année.

Globalement, l’économie mondiale a connu en 2017 une croissance sans égale depuis six ans. La forte demande globale – et notamment l’activité d’investissement accrue – a jusqu’à maintenant soutenu le commerce mondial. La situation conjoncturelle favorable se reflète de plus en plus sur les marchés de l’emploi.

Actuellement, les indicateurs avancés suggèrent que cette évolution dynamique va se poursuivre. De plus, certaines mesures de politique économique pourraient apporter une impulsion supplémentaire à la croissance. Le Groupe d’experts de la Confédération a revu à la hausse ses prévisions de croissance pour les prochains trimestres.

Situation de l’économie suisse

La situation conjoncturelle de la Suisse est meilleure qu’elle ne l’a jamais été depuis l’abandon du taux plancher au début de l’année 2015. Durant le second semestre 2017, la reprise s’est étayée et a gagné en dynamisme. Le PIB a progressé de 0,6 % au 4e trimestre par rapport au trimestre précédent. Outre l’industrie, les branches des services axées sur le marché intérieur donnent de plus en plus d’impulsions ; côté dépenses du PIB, on constate aussi un développement solide dans l’ensemble. La situation conjoncturelle favorable fait également sentir ses effets sur le marché du travail. Ainsi, le chômage est en recul depuis mi-2016 déjà et, au second semestre de 2017, l’emploi a enregistré une forte croissance. Les indicateurs avancés pour la Suisse (climat de consommation, PMI et le baromètre du KOF) annoncent toujours une forte expansion dans un futur proche.

Prévisions pour la Suisse

Le Groupe d’experts de la Confédération estime que l’économie suisse continuera de se redresser vigoureusement. Il prévoit une forte croissance du PIB de l’ordre de 2,4 % pour 2018. Le dynamisme de la conjoncture internationale soutient le commerce extérieur et l’environnement favorable en matière d’investissement stimule la demande intérieure. Le groupe d’experts table sur un ralentissement progressif de l’économie mondiale en 2019. En Suisse aussi, le rythme d’expansion devrait donc ralentir. Le groupe d’experts prévoit une solide croissance du PIB, de l’ordre de 2,0 % en 2019.

La conjoncture mondiale favorable stimule la demande internationale pour les produits suisses et soutient ainsi le commerce extérieur. Les exportations devraient croître fortement et largement au cours des prochains trimestres à condition que le franc suisse ne subisse pas de nouvelles pressions à la hausse. Les impulsions de l’économie mondiale stimulent également la demande intérieure en aval. Vu le contexte international, la dynamique positive des investissements en biens d’équipement devrait se poursuivre d’ici à l’horizon prévisionnel. La consommation devrait également croître de manière modérée.

Grâce au dynamisme de la croissance économique, l’embellie devrait s’accentuer encore au cours des prochains trimestres sur le marché du travail. Le Groupe d’experts prévoit dès lors une progression sensible de l’emploi (1,3 % en 2018, 1,0 % en 2019) ainsi qu’un nouveau recul du chômage (2,9 % en 2018 et 2,8 % en 2019). Le renchérissement devrait augmenter et s’établir, en moyenne annuelle, à 0,6 % en 2018 et à 0,7 % en 2019.