La Vie économique

Plateforme de politique économique

Travailler à distance en admirant les montagnes

Que signifie la numérisation pour les régions rurales ? Une étude montre comment la Confédération et les cantons pourraient exploiter plus efficacement les possibilités offertes par le passage au numérique dans le cadre de la nouvelle politique régionale. Les campagnes gagneraient ainsi en attrait auprès de la main-d’œuvre qualifiée.

La numérisation permet de travailler sans dépendre d’un lieu précis. Cela aide les régions rurales à revivre. Clocher de l’église de Comologno dans le Val Onsernone. (Photo: Keystone)

Lire l'abrégé...

Automatisation, travail mobile, réservation de voyages sur Internet : le tournant numérique s’est invité dans le débat public. Quelles en sont les conséquences pour les branches et les entreprises établies dans des régions rurales ? Comment la nouvelle politique régionale (NPR) de la Confédération peut-elle aider ces régions sur ce point ? Le présent article résume les conclusions d’une étude sur les chances et les risques qu’entraîne la numérisation en fonction du type de région. Il en ressort que la principale difficulté des zones rurales est de trouver du personnel qualifié. Les auteurs recommandent donc de faire de la numérisation l’un des axes de la NPR pour la rendre plus visible et d’intensifier les coopérations suprarégionales.

La numérisation est sur toutes les lèvres : réservations de voyages sur Internet, processus industriels automatisés ou encore travail mobile, elle touche les domaines de la vie, les branches et les activités les plus divers. Les chances et les risques diffèrent toutefois grandement d’une région à l’autre.

Les données sur l’emploi et sur la population montrent que les villes et les agglomérations se sont développées plus rapidement que le reste de la Suisse au cours de ces dernières années. Elles jouissent en effet d’importants avantages : disponibilité du personnel hautement qualifié, proximité avec les établissements de formation et de recherche, innovation et, en partie aussi, qualité de vie. Ce n’est pas la numérisation qui remettra en question ces atouts. Que cela signifie-Qu’en est-il pour les autres régions du pays ?

La nouvelle politique régionale (NPR) est un instrument de la Confédération qui soutient le développement économique des régions de montagne, des autres régions rurales et des régions frontalières (voir encadré 1). Quels effets la numérisation a-t-elle dans ces zones ? Quels sont ses aspects les plus importants pour la NPR ? Enfin, comment cette dernière peut-elle aider ces régions à profiter du tournant numérique ?

Au vu des enjeux, le secteur Politique régionale et organisation du territoire du Secrétariat d’État à l’économie (Seco) a confié au bureau d’études Infras le soin de réaliser une étude sur le sujet. Dans leur publication[1], les auteurs analysent les effets de la numérisation sur les quatre types d’espaces territoriaux ciblés par la NPR (agglomérations et autres communes citadines, espaces ruraux périurbains et périphériques, centres touristiques alpins) et formulent des recommandations.

Cinq défis à maîtriser

La numérisation produit des effets contrastés : si l’automatisation menace l’emploi, les plateformes électroniques permettent aussi aux touristes étrangers de réserver davantage de nuitées. En outre, le travail ayant gagné en mobilité et s’étant affranchi des contraintes géographiques est susceptible de redonner vie à des zones résidentielles. La manière dont la numérisation agit dépend également du contexte régional. Les auteurs de l’étude ont identifié cinq défis principaux à maîtriser pour les régions bénéficiaires de la NPR.

Citons en premier les nouveaux canaux de distribution. Les marchés numériques de l’économie de plateforme tels que Booking.com sont accessibles aux prestataires et clients du monde entier, ce qui augmente le choix pour les consommateurs et le nombre de clients potentiels pour les entreprises. De plus, les transactions effectuées sur ces sites génèrent de gros volumes de données qui présentent, eux aussi, un intérêt économique.

Deuxièmement, l’interconnexion va croissante. La mise en réseau des unités de production, des différentes étapes de la création de valeur et des biens de consommation ou d’équipement par le biais de l’Internet des objets stimule les gains d’efficience et favorise la création de nouveaux modèles d’affaires. Les entreprises, les instituts de recherche et les autorités travaillent toujours plus en réseau à l’échelon suprarégional.

Troisièmement, l’automatisation se poursuit. Bien qu’elle requière souvent d’importants investissements pour une entreprise, l’automatisation peut augmenter la productivité dans l’industrie, l’agriculture et les services.

Quatrièmement, le marché de l’emploi se transforme. De nouveaux modes de travail, comme les espaces professionnels partagés ou les nouvelles formes de recrutement via des plateformes telles que gigme.ch modifient les structures de l’offre et de la demande sur le marché de l’emploi. Par ailleurs, le savoir est appelé à gagner encore en importance dans les processus de travail.

Cinquièmement, la déspacialisation s’étend. La numérisation abaisse les coûts de transaction et modifie notre perception de l’espace et du temps. La localisation physique d’une entreprise perd de l’importance au profit des réseaux, ce qui facilite l’emploi décentralisé comme le télétravail.

Les enjeux de la numérisation pour les régions bénéficiaires de la NPR

 

Source : Infras (2018) / La Vie économique

Chances et risques pour les régions rurales

Les nouveaux canaux de distribution et l’interconnexion croissante sont autant de chances pour les régions concernées par la NPR. L’accès aux entreprises et aux hautes écoles facilité par la numérisation bénéficie en effet surtout aux régions périphériques et permet aux populations concernées d’acquérir plus facilement les compétences voulues. L’accès aux données numérisées dans les régions favorise le développement de nouveaux modèles d’affaires et de nouvelles sources de valeur ajoutée.

Les zones périphériques concentrent toutefois aussi les risques les plus importants, notamment parce qu’elles peinent à recruter du personnel qualifié : leurs entreprises doivent en effet disposer elles-mêmes des compétences numériques requises qui exigent un personnel bien formé et hautement qualifié. Les zones rurales doivent par conséquent être capables de rivaliser avec d’autres régions pour attirer la main-d’œuvre qualifiée et les entreprises innovantes. L’exemple des centres touristiques alpins est particulièrement évocateur des chances et risques liés à cette problématique : si les canaux de distribution sur Internet, comme les sites de réservation des lieux de villégiature, rapprochent les prestataires de leurs hôtes et augmentent leur capacité de pénétration, ils stimulent aussi la concurrence.

La numérisation et la délocalisation des offres mettent la NPR à l’épreuve sur d’autres plans également : les réservations via les plateformes internationales telles qu’Airbnb diminuent la création de valeur sur place, et il devient toujours plus difficile d’attribuer chaque stade de production à une région déterminée.

La numérisation, une thématique prioritaire

La nouvelle politique régionale constitue un instrument prometteur pour aider les régions à affronter les mutations structurelles induites par la numérisation, comme le montre « mia Engiadina » (voir encadré 2), un projet en lien à la numérisation soutenu par la NPR[2]. Celle-ci est toutefois aussi appelée à revoir ses fondements conceptuels. Avec la numérisation, la place déjà centrale qu’elle accorde à la compétitivité et à l’innovation régionales gagne encore en importance. Ce constat vaut tout particulièrement pour les systèmes d’innovation régionaux, qui aident les petites et moyennes entreprises à optimiser leurs processus d’innovation dans des espaces économiques supracantonaux comme Agire au Tessin et zentralschweiz innovativ en Suisse centrale. On peut aussi se demander si, avec le tournant numérique, la NPR doit se concentrer exclusivement sur des projets dont la valeur ajoutée et les performances à l’exportation concernent une seule région, ce qui est le cas actuellement, alors qu’il devient toujours plus difficile de déterminer où se produit la création de valeur et que l’activité professionnelle tend à s’exercer à domicile, à l’image du télétravail. Ces réflexions ont amené les auteurs de l’étude à formuler huit recommandations à l’intention de la Confédération, des cantons et des régions, que nous résumons ci-dessous.

  1. Faire de la numérisation un thème central. Afin d’améliorer encore la visibilité de la numérisation, il convient de lui donner explicitement une place dans la stratégie « Promotion économique de la Confédération » et dans le programme pluriannuel de la NPR, en la considérant soit comme un thème transversal prioritaire, soit comme une nouvelle priorité.
  2. Élargir la notion de système de valeur ajoutée axé sur l’exportation. La NPR doit revoir la manière dont elle conçoit de tels systèmes dans l’industrie et le tourisme. En élargissant cette notion, celle-ci devrait inclure, outre la valeur créée directement par les entreprises sur place, la création de valeur indirecte, comme celle générée par le travail réalisé sur place pour des entreprises et des projets qui fonctionnent indépendamment de leur localisation.
  3. Intensifier les coopérations. La NPR doit accorder davantage d’importance aux projets associant plusieurs régions ou cantons, et en particulier aux coopérations entre villes et régions rurales.
  4. Sensibiliser les groupes cibles. Il faut davantage recourir aux instruments et structures de la NPR pour sensibiliser les acteurs des régions bénéficiaires aux enjeux inhérents à la transformation numérique et à ses pistes d’action.
  5. Tirer profit du potentiel lié à la numérisation dans l’administration. La NPR doit renforcer son soutien à des projets de numérisation situés à la charnière entre services publics et acteurs privés.
  6. Examiner la possibilité d’améliorer le raccordement aux réseaux à très haut débit. Le Seco doit déterminer quels instruments et mesures sont susceptibles d’améliorer et d’accélérer le raccordement des régions bénéficiant de la NPR aux réseaux à très haut débit et évaluer les besoins ainsi que le coût et l’utilité de ces instruments et mesures.
  7. Encourager les plateformes régionales de données. Il convient de soutenir davantage la collecte de données ainsi que la mise sur pied et la création de plateformes de données locales et régionales.
  8. Améliorer l’offre en personnel qualifié. La NPR doit soutenir des projets visant à améliorer les formations initiale et continue et à faciliter l’accès au personnel hautement qualifié, en particulier dans le domaine de la numérisation.

Le secteur Politique régionale et organisation du territoire du Seco prend à son compte les conclusions et recommandations formulées dans l’étude. Il intégrera la thématique de la numérisation dans le message sur la promotion économique notamment. Dans le cadre de la NPR, l’accent sera, par exemple, mis sur le soutien aux projets de numérisation. Pour leur part, les régions et les entreprises seront davantage sensibilisées aux enjeux inhérents à la numérisation et aux approches qu’elle suscite.

  1. Infras. Digitalisierung und Neue Regionalpolitik, étude réalisée sur mandat du Seco par Zandonella R., von Stokar T., Angst V., Peter M. et Petry C., en collaboration avec Reinhard Riedl, professeur à la Haute école spécialisée bernoise, Zurich, 15 mars 2018. L’étude complète est disponible sur Seco.admin.ch[]
  2. Pour d’autres projets, voir l’étude (Infras 2018) et le site www.regiosuisse.ch[]

Chef de projet, bureau de recherche et de conseil Infras, Zurich

Conseillère scientifique, bureau de recherche et de conseil Infras, Zurich

Directeur et associé, bureau de recherche et de conseil Infras, Zurich

Encadré 1. La nouvelle politique régionale

La nouvelle politique régionale (NPR) est l’un des volets de la promotion économique de la Confédération. Cet instrument fédéral en vigueur depuis 2008 est destiné à dynamiser l’économie des régions de montagne, des autres zones rurales et des régions frontalières. Il a comme objectif d’augmenter la compétitivité et la création de valeur dans ces régions et d’y créer des emplois stables pour, en fin de compte, promouvoir une occupation décentralisée du territoire et réduire les disparités régionales. La Confédération met en œuvre cette politique en partenariat avec les cantons. La NPR repose principalement sur le soutien de projets, qui se concrétise actuellement avec les axes Industrie et Tourisme. À travers des programmes de mise en œuvre cantonaux, la Confédération subventionne les projets et initiatives retenus, alors que de leur côté, les cantons octroient à ces mêmes projets une contribution financière d’un montant égal ou supérieur. Autre pilier de la NPR, le Centre du réseau de développement régional (« regiosuisse ») met les acteurs de la NPR en réseau et propose des formations continues sur sa plateforme du savoir. Durant la période 2016 à 2023, la Confédération lui alloue chaque année près de 40 millions de francs, auxquels il faut ajouter 50 millions de francs par an qui peuvent être versés sous forme de prêts.

Encadré 2. « mia Engiadina » : une étude de cas

La nouvelle politique régionale (NPR) permet déjà de réaliser des projets liés à la numérisation, comme le montre l’exemple de « mia Engiadina ». Ce projet lancé en 2015 veut profiter du fait que 85 % des bâtiments de l’Engadine seront à l’avenir raccordés à un réseau de fibres optiques. Le premier « pôle d’altitude » a vu le jour à Scuol en août 2016 grâce aux subventions accordées dans le cadre de la NPR. D’autres pôles de ce type seront créés dans toute l’Engadine afin de favoriser l’ouverture d’espaces de travail partagés et la réalisation d’échanges avec d’autres protagonistes. Ce projet phare doit sensibiliser les acteurs de la région aux enjeux de la numérisation. Ces « pôles d’altitude » sont également appelés à servir de refuges connectés pour les hôtes et les entreprises en quête d’inspiration. Les responsables de ce projet cherchent notamment à coopérer avec des entreprises informatiques afin notamment de concevoir de nouveaux modèles de travail capables de redynamiser la région.

Chef de projet, bureau de recherche et de conseil Infras, Zurich

Conseillère scientifique, bureau de recherche et de conseil Infras, Zurich

Directeur et associé, bureau de recherche et de conseil Infras, Zurich