Rechercher

Une étude montre qu’une grande partie des participations dans des entreprises suisses sont en mains états-uniennes, la société d’investissement Blackrock en tête. La part d’investisseurs chinois est en revanche minime.
La reprise de Syngenta par Chemchina en 2017 a suscité des critiques. Le directeur général de Syngenta Erik Fyrwald (à droite) et le président de Chemchina Ren Jianxin (au milieu) lors d'une conférence de presse. (Image: Keystone)