Rechercher

Les assistants virtuels sont toujours plus nombreux dans le secteur bancaire. Une étude montre que les jeunes sont plus enclins à suivre la recommandation d’un agent conversationnel que celle d’un conseiller financier en chair et en os. Mais leur confiance peut aussi être trompée.
Les clients appréhendent d’un œil plus critique les recommandations d’un conseiller bancaire en chair et en os par rapport aux propositions d’un algorithme. (Image: Keystone)