La Vie économique

Plateforme de politique économique

Cet article fait partie de la thématique «Négoce : le rôle de plaque tournante de la Suisse»

Genève, un centre de compétences unique

Genève a acquis une réputation mondiale dans le financement du négoce de matières premières. Ses atouts ? Son écosystème et son expertise.

Depuis plusieurs décennies, Genève a constitué une véritable communauté rassemblant tous les acteurs liés au commerce des matières premières. On y trouve les négociants, les armateurs, les sociétés de surveillance, les avocats et les fiduciaires spécialisés, sans oublier les banques actives dans le financement des opérations de négoce.

Ces dernières ont développé une expertise dans le financement transactionnel. Comme le crédit est garanti par les marchandises elles-mêmes, la banque doit suivre les matières premières durant tout leur parcours, du producteur au client final en passant par le stockage au port et le transport maritime. Chacune de ces étapes est attestée par des documents portant notamment sur la quantité et la qualité des marchandises, sur le chargement à bord du bateau et sur le déchargement à bon port.

Les banques peuvent compter sur des équipes qui connaissent leur marché sur le bout des doigts. On trouve des experts dans les énergies (gaz, pétrole, électricité), les céréales (blé, soja), le café, le cacao, le coton ou encore les métaux. La moitié du café et du sucre ainsi qu’un tiers du pétrole et du cacao sont négociés depuis la Suisse, en grande partie dans l’Arc lémanique et notamment à Genève. Les ingénieurs en énergie ou en agronomie y sont ainsi très recherchés. Ces spécialistes sillonnent le monde à la rencontre des producteurs, en visitant également les ports et les entrepôts. Cette connaissance approfondie du terrain constitue la marque de fabrique des banques de financement genevoises.

La durabilité pour assurer sa pérennité

Le niveau de technicité élevé dont font preuve les gestionnaires des transactions contribue également à la renommée des établissements bancaires du bout du Léman. Chaque lettre de crédit, connaissement maritime, certificat de quantité et de qualité doit être scruté attentivement pour détecter d’éventuelles fraudes.

La gestion des risques et le contrôle de la conformité revêtent une importance particulière dans le financement du négoce. Dans un environnement par nature très international, il faut être en mesure de gérer les risques liés aux contreparties, aux pays et aux monnaies.

L’aspect de la durabilité tend en outre à prendre une importance accrue. Les banques ont toutes mis en place des procédures afin d’appréhender les exigences relatives aux critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). L’examen porte sur l’historique des sociétés, la manière dont sont extraites ou cultivées les matières premières, les conditions de travail et le respect des droits de l’homme. Si les conditions requises par la banque ne sont pas remplies, cette dernière renonce à la transaction.

Les banques genevoises peuvent donc s’appuyer sur une longue tradition et sur des compétences reconnues dans le financement du négoce. Mais elles ne se reposent pas sur leurs lauriers et intègrent des standards élevés en matière de durabilité, indispensables pour assurer leur pérennité dans un monde en pleine mutation.

Directeur de la Fondation Genève Place Financière, Genève

Directeur de la Fondation Genève Place Financière, Genève