Rechercher

Diminution de la proportion de jeunes en Suisse

D’ici 2050, la pyramide des âges va subir une transformation remarquable. Ce changement constitue un défi de taille pour les finances de la Confédération et de l’AVS.

Diminution de la proportion de jeunes en Suisse

D'ici 2050, la part des retraités dans la population active ne cessera d'augmenter. (Image: Keystone)

Au cours des cinquante dernières années, la structure par âge de la population de la Suisse a énormément évolué. La pyramide des âges, qui ressemblait encore à une pyramide en 1970, s’est transformée en une sorte de sapin en 2020 (voir illustration 1).

Ce changement de forme de la structure par âge de la population est principalement dû à la baisse rapide de la fécondité à la suite du baby-boom après la guerre et à la stabilisation de cette dernière à un niveau relativement bas depuis les années 1970.entraînant une diminution du nombre de naissances.

La pyramide de 2020 a ainsi une base plus étroite en raison d’un nombre moins important de nouveau-nés depuis plusieurs décennies. Entre l’âge de 20 ans et celui de 45 ans, la structure par âge présente une bosse due aux nombreuses immigrations de jeunes adultes observées ces vingt dernières années. Le sommet bien plus large de la pyramide de 2020 résulte quant à lui d’un plus grand nombre de personnes âgées, l’augmentation régulière de l’espérance de vie permettant à de nombreux individus d’atteindre des âges élevés.

Alors que la population résidante permanente de la Suisse a augmenté de 40% entre 1970 et 2020, le nombre de personnes de 65 ans ou plus s’est accru de 129% au cours de cette même période, ce qui représente plus qu’un doublement. Le nombre des 0 à 19 ans a quant à lui diminué de 10%. En 2020, l’effectif des enfants et adolescents est cependant toujours plus important que celui des personnes en âge d’être à la retraite: leur nombre se monte à 1,7 million, soit près de 20% de la population totale de la Suisse, contre 1,6 million pour les personnes de 65 ans ou plus (19% de cette même population). On compte 5,3 millions de personnes de 20 à 64 ans, qui représentent 61% des résidents permanents en Suisse. Le nombre de personnes en âge de travailler a augmenté de 48% depuis 1970, alors que celui des personnes de 80 ans ou plus a quadruplé durant la même période, passant de 110 000 à près de 460 000.

Ill. 1 Pyramide des âges de la population résidante permanente de la Suisse

1970

Sources: OFS – RFP, Starpop / La Vie économique

2020

Sources: OFS – RFP, Starpop / La Vie économique

Un vieillissement démographique inéluctable

Selon le scénario de référence[1]  de l’OFS, la pyramide des âges évoluera encore passablement lors des prochaines décennies et ressemblera de plus en plus à une urne (voir illustration 2).. Le nombre des personnes âgées augmentera rapidement en raison de l’arrivée à l’âge de la retraite des personnes nées lors du baby-boom, alors que les jeunes et surtout les adultes en âge de travailler verront leur poids dans la population totale diminuer progressivement.

Selon ce scénario, une fécondité légèrement plus élevée et des immigrations assez nombreuses entraîneront une stabilisation de la population des enfants et des adolescents. Le nombre de personnes de 0 à 19 ans se montera ainsi à 2 millions en 2050 et 2,1 millions en 2070, ce qui correspond à des accroissements respectifs de 16% et 24% par rapport à 2020.

Malgré une immigration régulière de travailleurs étrangers, le nombre d’individus de 20 à 64 ans n’augmentera que faiblement durant les prochaines décennies. En atteignant l’âge de la retraite, les nombreux baby-boomers quitteront en effet le groupe d’âge des 20 à 64 ans pour entrer dans celui des 65 ans ou plus. Ce nombre très important d’individus prenant leur retraite limitera la hausse considérable du nombre des personnes de 20 à 64 ans que l’on devrait observer selon le scénario de référence en raison des flux migratoires.

Le nombre des adultes en âge de travailler se montera ainsi à un peu moins de 5,8 millions en 2050 (+8%) et à près de 6 millions en 2070 (+13%). En raison de l’arrivée à l’âge de la retraite des générations nombreuses nées lors du baby-boom et de l’augmentation de l’espérance de vie, l’effectif des 65 ans ou plus augmentera énormément ces prochaines décennies. Il s’élèvera ainsi à près de 2,7 millions en 2050 et à 3 millions vingt ans plus tard, ce qui correspondra à des hausses respectives de 63% et 83% par rapport à 2020.

On observera également des changements démographiques au sein du groupe des 65 ans ou plus. Le pourcentage des 80 ans ou plus dans la population passera ainsi de 28% à près de 42% entre 2020 et 2050 (43% en 2070).

La proportion des 65 ans ou plus dans la population totale augmentera régulièrement pour atteindre près de 26% en 2050 et 27% en 2070 (contre 19% en 2020). Le pourcentage des 0-19 ans diminuera en revanche légèrement, passant de 20% en 2020 à un peu plus de 19% en 2050 et en 2070. Celui des 20-64 ans chutera de 61% à 55% en 2050 et à 54% en 2070.

Ill.2 Pyramide des âges de la population résidante permanente de la Suisse (selon le scénario de référence de l’OFS, en 2070)

Sources: OFS – Scénarios de l’évolution démographique

Une pression croissante sur la population en âge de travailler

La structure par âge de la population actuelle, avec sa forme de sapin , déterminera en grande partie l’évolution future des rapports entre les différents groupes d’âge. Le nombre important de personnes qui prendront prochainement leur retraite fera augmenter comme jamais auparavant le nombre de retraités par actif.

Le rapport de dépendance des personnes âgées, qui correspond au nombre de personnes de 65 ans ou plus pour 100 personnes de 20 à 64 ans, passera ainsi de 31 en 2020 à un peu plus de 46 en 2050 et à 50 en 2070, alors qu’il ne se montait qu’à 20 en 1970. Le rapport de dépendance des jeunes – soit le nombre de personnes de 0 à 19 ans pour 100 personnes de 20 à 64 ans – augmentera également au cours de cette même période, passant d’un peu moins de 33 en 2020 à 35 en 2050 et à près de 36 en 2070. Cette évolution n’allégera donc pas la charge totale qu’exerceront les personnes non actives sur les actifs.

Le renouvellement de la population active se fera en grande partie par le biais de l’immigration au cours des prochaines décennies. Les jeunes actifs ne pourront en effet pas compenser les nombreuses personnes prenant leur retraite. Selon le scénario de référence, le rapport entre les nouveaux retraités et les jeunes actifs sera de plus en plus déséquilibré au cours des années à venir et fluctuera toujours au détriment des jeunes actifs par la suite. Le rapport entre les personnes de 65 à 69 ans et celles de 20 à 24 ans passera ainsi de 91 à 2020 à 119 en 2031. Il descendra ensuite à 101 en 2043 pour remonter à 114 en 2057 et diminuer à 105 à l’horizon 2070.

Menaces sur le financement de l’AVS

Les jeunes âgés de 15 à 19 ans aujourd’hui seront les nouveaux retraités dans cinquante ans. Durant la plus grande partie de leur vie active, le rapport de dépendance des personnes âgées augmentera rapidement, de sorte que le nombre de personnes actives par retraité diminuera fortement.

On dénombre actuellement environ trois personnes en âge d’être actives pour une personne en âge d’être à la retraite. En 2070, une personne de 65 ans ou plus ne pourra compter que sur deux personnes de 20 à 64 ans pour financer sa retraite. Ces changements constituent donc des défis de taille pour les finances de la Confédération et de l’AVS.

  1. A-00-2020 []

Proposition de citation: Raymond Kohli (2022). Diminution de la proportion de jeunes en Suisse. La Vie économique, 29. mars.