Rechercher

Recherche d’emploi: quelle est la clé du succès?

Le succès d’une recherche d’emploi est le plus souvent à mettre sur le compte du réseau personnel. Selon le groupe de population concerné, des canaux de recherche différents sont toutefois recommandés.

La numérisation a fondamentalement changé la recherche d’emploi, car un demandeur d’emploi dispose aujourd’hui de nombreuses possibilités numériques. Il existe en particulier de grandes plateformes en ligne comme Jobscout24.ch, Jobagent.ch ou Jobs.ch et des réseaux sociaux comme LinkedIn ou Xing. De son côté, la Confédération propose la plateforme d’emploi Job-room.ch.

Une nouvelle étude mandatée par la Confédération[1] montre qu’entretemps 99% des demandeurs d’emploi utilisent Internet. Les canaux de recherche traditionnels, comme les offres d’emploi dans les quotidiens et le réseau personnel, continuent cependant à exister parallèlement.

Dans le cadre de cette étude, les auteurs ont examiné quels canaux les demandeurs d’emploi utilisent pour leur recherche et lesquels mènent au succès. Ils ont interrogé à cet effet quelques 6400 demandeurs d’emploi inscrits en 2019 ou 2021 auprès d’un office régional de placement (ORP)[2]. L’enquête a été menée en ligne et par courrier.

19 heures par semaine

Une personne à la recherche d’un emploi consacre, lors d’une semaine standard, près de neuf heures à la recherche et à l’identification d’emplois adéquats; à cela s’ajoutent dix heures pour les dossiers de candidature. La grande majorité des demandeurs d’emploi effectuent leurs recherches sur plusieurs canaux simultanément.

Les canaux les plus populaires sont les portails d’emploi généralistes – c’est-à-dire non spécifiques à une branche – et les moteurs de recherche: près de neuf personnes sondées sur dix utilisent plusieurs fois par mois des plateformes d’emploi comme Jobagent.ch et 84% utilisent des moteurs de recherche comme Google (voir illustration 1). Près des trois quarts des personnes interrogées investiguent les sites Internet d’employeurs potentiels à la recherche de postes vacants. Deux tiers des personnes sondées effectuent des recherches sur des portails d’emploi propres à leur branche, comme emploi-restauration.ch, emploi-batiment.ch ou emploi-infirmier.ch. Soixante-deux pour cent des personnes interrogées le font plusieurs fois par mois sur Job-room.ch, la plateforme du service public de l’emploi.

Ill. 1: Canaux de recherche utilisés par les demandeurs d’emploi en Suisse (2019).

Source: Liechti et al. (2021); entre 2771  et 2775 personnes sondées / La Vie économique

Nonante-cinq pour cent des personnes sondées utilisent des canaux classiques parallèlement aux canaux de recherche en ligne. Parmi ceux-ci, le réseau personnel arrive en tête: plus de 60% des personnes sondées contactent plusieurs fois par mois des membres de leur famille, des amis, d’anciens collègues ou d’autres connaissances. Soixante pour cent rédigent une candidature spontanée, appellent une entreprise ou s’y rendent en personne. En revanche, les offres d’emploi dans les journaux jouent un rôle secondaire: un tiers des personnes sondées seulement mise sur ce canal.

LinkedIn et Xing populaires auprès des universitaires

Des différences existent entre les groupes de population quant à l’utilisation des canaux de recherche. Ainsi, les demandeurs d’emploi de plus de 45 ans consultent plus souvent les offres d’emploi dans les journaux que les plus jeunes. Ils sont en revanche moins présents sur les réseaux sociaux professionnels que sont LinkedIn et Xing[3]. Les demandeurs d’emploi qui déclarent avoir peu l’habitude d’utiliser un ordinateur recourent également plus rarement à LinkedIn ou Xing que la moyenne, même s’ils consultent par ailleurs régulièrement des portails d’emploi sur Internet. La popularité de LinkedIn et Xing auprès des titulaires d’un diplôme de degré tertiaire est supérieure à la moyenne.

Des différences sont également constatées en fonction de la dernière profession exercée par les demandeurs d’emploi. Les personnes sondées qui ont exercé une profession intellectuelle et scientifique procèdent à une recherche plus ciblée: elles recourent plus rarement aux moteurs de recherche, aux portails d’emploi généralistes ou aux journaux. Les cadres utilisent plus que la moyenne les portails d’emploi propres à leur branche. Les demandeurs d’emploi issus du secteur des services et de la vente recourent également plus fréquemment aux portails d’emploi spécifiques à leur branche mais moins souvent à LinkedIn, Xing ou à des entreprises de placement de personnel (agences de travail temporaire ou chasseurs de têtes). Les artisans et les personnes exerçant des professions auxiliaires misent assez souvent sur des candidatures spontanées.

Les demandeurs d’emploi ne changent guère de canal au cours de leurs recherches; les canaux utilisés restent assez stables pendant les quatre premiers mois. Les personnes interrogées tendent en revanche à élargir leur champ de recherche: plus la recherche dure longtemps, plus elles ont tendance à considérer de nouvelles branches ou d’autres profils professionnels; elles vont aussi faire des compromis quant aux conditions d’emploi envisageables (salaire plus bas, temps de trajet plus long pour se rendre au travail, emplois à durée déterminée).

 

Le réseau personnel arrive en tête

Le réseau personnel est la ressource qui conduit le plus souvent au succès: 17% de l’ensemble des personnes sondées ayant trouvé un emploi y sont parvenus par ce canal de recherche «classique» (voir illustration 2). Les portails d’emploi sur Internet arrivent en deuxième position avec 16%. Dix pour cent des personnes sondées ont été contactés directement par un employeur ou une agence de placement de personnel et ont trouvé un emploi par cette voie même s’il ne s’agit pas véritablement d’un canal de recherche.

Ill. 2: Taux de réussite des demandeurs d’emploi en fonction du canal utilisé (2019).

Remarque: la question posée aux demandeurs d’emploi était la suivante : «Après la phase de recherche d’emploi qui a commencé au mois de X en 2019, vous avez trouvé un emploi. D’où venait l’information décisive pour cet emploi?»

Source: Liechti et al (2021); 1247 personnes sondées / La Vie économique.

Le taux de succès des canaux de recherche diverge fortement en fonction du groupe de demandeurs d’emploi. Ainsi, la recherche d’emploi de personnes qui n’ont pas de bonnes connaissances d’’une langue nationale est rarement couronnée de succès sur les portails d’emploi. C’est pourtant un canal fréquemment utilisé par ce groupe. L’obstacle se présente dans ce cas vraisemblablement en aval: les portails d’emploi sur Internet étant très fréquentés, les employeurs reçoivent souvent beaucoup de candidatures pour une offre d’emploi. C’est donc le dossier de candidature qui doit faire la différence. Or, les demandeurs d’emploi n’ayant pas de bonnes connaissances des langues nationales semblent y parvenir beaucoup moins bien. Pour ce groupe de personne aussi, le réseau personnel représente le canal de recherche le plus fructueux. Les obstacles linguistiques pèsent apparemment moins sur ce mode de candidature.

Les universitaires présentent en revanche un taux de succès supérieur à la moyenne lors de recherches sur des portails d’emploi propres à leur branche et sur les sites Internet d’employeurs potentiels. Les demandeurs d’emploi dans les professions de services et les professions auxiliaires ont, quant à eux, plus de succès que la moyenne par la voie des candidatures spontanées. Les personnes venant des professions auxiliaires et les artisans trouvent assez souvent un emploi par l’intermédiaire d’agences de placement.

Personnaliser la stratégie

Un aspect surprenant est que, bien que certains canaux soient sensiblement plus prometteurs pour certains groupes, ils n’en fassent que rarement un usage supérieur à la moyenne. L’un des rares cas dans lesquels utilisation intensive et taux de succès élevé vont de pair est le réseau personnel pour les demandeurs d’emploi qui sont conducteurs d’installations et de machines et les candidatures spontanées pour les personnes exerçant des professions auxiliaires.

Il y a donc encore un potentiel d’optimisation de la recherche d’emploi. Savoir quels canaux sont les plus efficaces pour quelles personnes permet aux ORP d’assurer un conseil personnalisé des demandeurs d’emploi. Ces derniers seront ainsi en mesure d’utiliser certains canaux de recherche de manière plus ciblée et de consacrer plus de temps aux stratégies leur offrant des perspectives de succès particulièrement grandes.

L’investigation du lien de causalité entre l’utilisation d’un canal de recherche et le succès de cette dernière est une tâche qui dépasse le cadre de cette étude et qui reste un défi. Il est par exemple incertain si les personnes hautement qualifiées ont plus de succès que d’autres groupes sur LinkedIn/Xing parce qu’elles recherchent plus fréquemment les postes vacants par ce canal, parce que les postes sont plus souvent publiés par ce canal ou encore parce que leur candidature par ce canal est effectivement plus efficace. Des recherches futures permettront peut-être de répondre à ces questionnements.

  1. Liechti et al. (2021). []
  2. Cf. Liechti et al. (2021) pour les détails. []
  3. La question posée concernait ces deux réseaux à la fois. []

Literaturverzeichnis

Proposition de citation: Patrick Arni ; David Liechti ; Mirjam Suri (2022). Recherche d’emploi: quelle est la clé du succès. La Vie économique, 09. mars.