Rechercher

Le tourisme chez notre voisin autrichien

L’industrie touristique autrichienne se distingue de celle de la Suisse. En Autriche, elle revêt une plus grande importance économique et a davantage souffert de la crise. Il existe cependant de nombreuses similitudes entre les deux pays.
Les villes historiques comme Vienne attirent chaque année d’innombrables visiteurs. (Image: Keystone)

Variété des régions et paysages laissés à l’état naturel, villes où il fait bon vivre et offre culturelle multiple, telle est l’image que donne au monde la destination touristique qu’est l’Autriche. Nature, culture et gastronomie ne sont pas seulement les fruits d’un riche passé; aujourd’hui encore, elles sont partie intégrante de la vie autrichienne.

L’Autriche est, avec la Suisse, l’une des destinations les plus prisées des touristes internationaux : en 2019, année précédant la crise, les arrivées de voyageurs (46,2 millions) et les nuitées (152,7 millions) y ont atteint des records. En comparaison, la Suisse a comptabilisé cette même année 56,2 millions de nuitées, alors que les deux pays comptent quasiment le même nombre d’habitants.

Les nuitées en Autriche de touristes étrangers ont été principalement effectuées par des Allemands (50%), suivis des Néerlandais (9,2%) puis des Suisses et des Liechtensteinois (4,4%). Concernant les nuitées en Suisse, les hôtes autrichiens (2 %) ne figurent qu’au 13è rang, le premier rang étant occupé par les Allemands (18%), suivis des Américains (11%) et des Britanniques (8%).

Avant la pandémie, la contribution directe de l’industrie touristique au PIB national était de 7,5% en Autriche et de 2,9% en Suisse. Pendant la pandémie, cette contribution a diminué de presque 50 % en Autriche, alors qu’en Suisse, le recul n’a été que d’un quart pour atteindre 2,2% du PIB.

De nombreux secteurs bénéficiaires du tourisme

En Autriche, le secteur du tourisme, plus que tout autre, joue un rôle capital de trait d’union reliant les aspects économique, naturel et culturel : non seulement l’industrie du tourisme et des loisirs est l’un des secteurs économiques les plus importants du pays, mais, étant également étroitement liée à d’autres secteurs, elle est un moteur essentiel du développement régional. C’est aussi un système économique composé de petites structures : environ 90% des entreprises spécialisées dans le tourisme et l’industrie des loisirs sont des PME.

De nombreux secteurs comme le commerce, les transports, la construction et l’agriculture interagissent avec le tourisme. Ce dernier est donc bien plus qu’un secteur de services qui ne se concentrerait que sur la satisfaction des vacanciers. Il fournit également une contribution précieuse à la qualité générale de la vie en Autriche, en créant par exemple de nouvelles infrastructures, en élargissant l’offre culturelle et de loisirs ou en améliorant les transports publics de courte et longue distance. L’agriculture en tire elle aussi profit. Depuis 2018, en effet, la compétence en matière de tourisme et d’agriculture revient au ministère fédéral de l’agriculture, des régions et du tourisme. Le paysage naturel et culturel n’est pas une coulisse, mais une composante essentielle de l’offre touristique, tout comme la gamme de mets régionaux typiques et de traditions culinaires basés sur la production agricole locale qui ont su s’imposer dans cette offre au fil des ans.

Villes historiques et qualité de vie

L’Autriche ne se distingue cependant pas seulement par ses campagnes intactes. Le tourisme urbain occupe une place à part dans son offre touristique. En 2019, l’année d’avant la crise, les capitales des Länder autrichiens enregistraient près de 26 millions de nuitées, ce qui correspond à 17 % du total des nuitées de voyageurs étrangers en Autriche (152,7 millions). En 2021, seuls 11,3% des nuitées ont été réservées dans ces mêmes capitales (soit près de 9 millions sur un total de 79,5 millions de nuitées). La culture et l’histoire de l’Autriche sont indissociables de ses villes qui, au cours de leur histoire mouvementée, ont réussi à préserver jusqu’à nos jours leur caractère authentique et à s’établir en tête des classements internationaux pour leur qualité de vie. Vienne, Salzbourg ou Innsbruck sont des foyers de l’histoire européenne et le siège de nombreux édifices historiques, de musées et d’offres culturelles multiples, qui séduisent chaque année d’innombrables visiteurs et visiteuses venus de l’étranger. En 2019, ceux-ci venaient d’Europe (près de 60%), d’Asie (13%) et d’Amérique (9%).

En Autriche, le tourisme contribue à la prospérité des villes et des campagnes, tout en tenant compte des besoins des visiteurs, de l’économie, de l’environnement et de la population locale. La politique autrichienne du tourisme s’efforce donc avant tout de promouvoir un tourisme durable en harmonie avec l’homme et la nature.

Le « Plan directeur du tourisme » est un dispositif ayant vocation à placer au centre des planifications futures les régions se distinguant par leur qualité de vie, à les préserver et à favoriser leur développement durable. L’attention est portée sur les espaces dans lesquels touristes et population locale se sentent bien. La politique nationale du tourisme vise une symbiose de la dimension régionale et de l’authenticité autrichiennes, qui tienne entièrement compte des conséquences économiques, socioculturelles et écologiques présentes et futures, tout en respectant les besoins des touristes, de l’industrie touristique, de l’environnement et de la population locale.

Un secteur secoué par les crises

Ces deux dernières années, la pandémie a représenté pour l’industrie du tourisme et des loisirs une mise à l’épreuve considérable, dont personne n’avait pu prévoir la dimension. Les fermetures d’entreprises et les restrictions internationales de voyage dues au Covid-19 ont fortement affecté le tourisme autrichien également en 2021 : le nombre de nuitées (tout juste 80 millions) a été inférieur de 18,7% à celui de la première année de la pandémie et même de 48% (73 millions) à celui de l’année précédant la crise. En Suisse, la baisse a été beaucoup moins marquée.

Il était par conséquent indispensable de faire preuve d’un maximum de résilience et de prendre des décisions fermes et rapides pour garantir la survie du plus grand nombre possible d’entreprises et préserver les emplois dans le secteur touristique, tout en permettant aux gens de prendre des vacances et de se reposer même en période de crise. Alors que, pendant les nombreux mois de la pandémie, l’Autriche a su définir des solutions et des mesures de soutien viables pour atténuer les conséquences économiques de la crise sanitaire, le tourisme se voit actuellement confronté à une nouvelle gageure, cette fois à cause de la guerre en Ukraine. Ce conflit sur le continent européen marque une césure historique, dont on ne peut encore mesurer les effets à moyen et à long terme. L’incertitude est particulièrement sensible sur les marchés lointains et il est à craindre qu’elle affecte très négativement le tourisme urbain en Europe, lequel dépend explicitement des visiteurs internationaux.

Ne pas maîtriser la crise aux dépens de la qualité

La liberté de circulation compte parmi les plus grandes avancées européennes. Le tourisme favorise les échanges culturels et la compréhension entre les peuples – un objectif pour lequel le tourisme autrichien continue de s’engager. Ces dernières années, plusieurs crises ont démontré de façon dramatique que le tourisme doit s’adapter constamment à de nouvelles conditions comme le changement climatique, la pénurie de spécialistes et l’utilisation croissante du sol. La résolution de ces problèmes au cours des prochaines années ne devra cependant pas se faire aux dépens d’un tourisme de qualité.

Un autre défi concerne le secteur de l’hébergement qui a connu de profonds bouleversements ces dernières années. De nouvelles formes d’hébergement comme les villages de chalets répondent certes aux vœux des vacanciers, mais ils ne suscitent pas toujours l’adhésion dans les régions. Les professionnels du tourisme autrichiens sont en outre confrontés à des réservations et à des séjours toujours plus courts, notamment en raison de la pandémie. Il faut par ailleurs tenir compte du fait que le système d’hébergement autrichien est constitué principalement de petites entreprises familiales qui se sont souvent développées sur plusieurs générations. Préserver cette culture spécifiquement autrichienne exige des conditions-cadres appropriées permettant de transmettre facilement les établissements et de réaliser avec succès des investissements dans un environnement en pleine mutation.

Il semble vain de spéculer sur l’orientation de la future politique touristique de l’Autriche compte tenu de la catastrophe humanitaire qui frappe actuellement l’Europe. Cependant, les crises présentes et passées nous montrent que la diversification, la dimension régionale et la durabilité sont bien plus que des slogans creux et que la souplesse et la résilience occupent une place essentielle dans la conception autrichienne du tourisme. Les crises ont également mis en évidence que les voyages, le repos et les vacances sont des besoins fondamentaux, un constat qui, face aux incertitudes actuelles, est également porteur d’espoir pour l’industrie touristique.

Proposition de citation: Ulrike Rauch-Keschmann (2022). Le tourisme chez notre voisin autrichien. La Vie économique, 09. mai.