Rechercher

Les hautes écoles spécialisées dopent l’économie régionale

Les hautes écoles spécialisées proposant des cursus MINT font grimper le bénéfice des entreprises situées dans leur région, en particulier celui des fleurons de la recherche actifs dans les branches de l’informatique, de l’électrotechnique et de la pharmacie.
Hall d’entrée de la Haute école spécialisée du nord-ouest de la Suisse à Muttenz (BL). (Image: Keystone)

Les hautes écoles spécialisées (HES) du domaine technique sont des terreaux de l’innovation régionale, comme le montrent des études du centre «Swiss Leading House VPET-ECON» des universités de Zurich et de Berne. Ainsi, les diplômés d’un cursus MINT (mathématiques, informatique, sciences naturelles et technique) transmettent aux entreprises locales le bagage qu’ils ont acquis durant leurs études. Parallèlement, l’économie régionale bénéficie des progrès de la recherche appliquée grâce à des coopérations et à des transferts de connaissances, ce qui se traduit par une hausse du nombre et de la qualité des innovations brevetées par ces entreprises[1].

Ces études n’avaient cependant pas permis de déterminer si ces progrès quantitatifs et qualitatifs de l’innovation débouchaient aussi sur une augmentation des bénéfices des entreprises situées dans la zone d’influence des HES. Pour le savoir, le centre «Swiss Leading House VPET-ECON» a mené une autre étude[2] en comparant des communes situées dans un rayon de 25 km d’une HES à des communes qui ne se trouvent pas dans la zone d’influence d’un établissement de ce genre (groupe témoin). À cette fin, 22 sites HES[3]qui ont été créés en Suisse entre 1997 et 2003 et proposent des matières MINT ont été retenus.

Pour déterminer l’effet de la création de HES sur la marche des affaires des entreprises de la région, les auteurs de l’étude ont exploité des informations sur les bénéfices moyens par entreprise et par commune[4]. Étant donné qu’elle couvre la période allant de 1971 à 2008, l’étude comprend tant l’époque précédant que celle suivant la création des HES à partir de 1997. Si elle n’a pas analysé la période allant au-delà de 2008, c’est parce que le profil des HES a une nouvelle fois évolué à partir de cette date, avec l’introduction des cursus master.

Une nette augmentation des bénéfices

Dans l’ensemble, l’étude conclut que, dans les cinq à dix ans qui suivent la création d’une HES, les bénéfices moyens des entreprises situées à proximité progressent de 20% de plus que ceux des entreprises situées dans les communes du groupe témoin. Si l’on considère le taux de croissance annuel, la création d’une HES se traduit dans les régions concernées par une augmentation annuelle des bénéfices des entreprises de 0,7%.

L’analyse des effets pour chaque année précédant ou suivant la création de la HES montre une forte hausse des bénéfices l’année suivant la création, puis un nouveau bond trois ans après l’ouverture de la HES, c’est-à-dire au moment où les premiers diplômés arrivent sur le marché du travail. Ensuite, et jusqu’à dix ans après, les effets se stabilisent à un niveau élevé.

Cette évolution des bénéfices moyens des entreprises dans les zones d’influence des HES illustre deux phénomènes: en premier lieu, l’augmentation immédiate de ces bénéfices indique que la création d’une HES exerce un effet à court terme sur la demande, dont profitent les entreprises situées à proximité. Ainsi, la création des HES a favorisé, dans un rayon de 25 kilomètres, la demande en biens et services, parce que les pouvoirs publics ont réalisé des investissements ou parce que les nouveaux étudiants ont stimulé la consommation.

En second lieu, la nouvelle progression des bénéfices enregistrée trois ans après la fondation de la HES indique que l’arrivée des diplômés sur le marché de l’emploi exerce elle aussi un effet positif. L’élan donné à l’innovation par les diplômés, attesté par des études antérieures, semble donc avoir également une répercussion favorable sur les bénéfices des entreprises.

La dynamique de l’innovation, le facteur déterminant

Une analyse approfondie montre que les bénéfices des entreprises n’ont progressé que dans les communes dans lesquelles la création de la HES a exercé un effet particulièrement marqué sur l’innovation (voir illustration): dans ces communes, six ans après la création de la HES, les bénéfices des entreprises ont augmenté jusqu’à 40% de plus que dans celles du groupe témoin. Cet effet n’a en revanche pas été observé dans les communes proches d’une HES, mais dans lesquelles la présence de cet établissement ne s’est pas traduite par une stimulation de l’innovation.

Dynamique de l’innovation et bénéfices des entreprises

Remarque: les communes à proximité d’une HES ont été divisées en cinq groupes de même taille, en fonction de l’effet estimé de cette institution sur l’innovation. Les communes classées dans le groupe 5 ont beaucoup tiré parti de la dynamique de l’innovation après la création de la HES, tandis que celles du groupe 1 n’en ont pas du tout profité. Source: Schlegel, Pfister et Backes-Gellner (2022).

 

Dans un deuxième volet de l’analyse, les auteurs se sont demandé si la typologie des entreprises locales (en particulier celles actives dans des secteurs pointus comme l’électrotechnique, l’optique, la pharmacie, l’informatique ou la recherche et développement) influençait le niveau des effets sur les bénéfices des entreprises. Il est ressorti de l’étude que l’augmentation par rapport au groupe témoin a été plus prononcée dans les communes qui disposaient déjà, avant la création de la HES, d’un pôle d’entreprises novatrices. Cette conclusion laisse elle aussi penser que la dynamique de l’innovation générée par les HES est à l’origine de la progression des bénéfices des entreprises de leur région.

L’orientation pratique, l’atout maître des HES

Les analyses ont mis en exergue le rôle crucial joué par les HES dans l’écosystème d’innovation suisse. Les nouvelles HES à orientation MINT ont favorisé des innovations qui se sont à leur tour traduites, de façon directe et indirecte, par une forte hausse du bénéfice des entreprises locales.

C’est en particulier le mandat clairement défini des HES qui explique leurs effets positifs sur les bénéfices des entreprises, comme le prouvent aussi des études qui avaient déjà été réalisées sur la création des HES[5]: dès leur création, elles ont en effet été amenées à se spécialiser dans la recherche appliquée, à opter pour un nouveau profil de diplômés (en conjuguant certificats fédéraux de capacité et titres de degré tertiaire) et à tirer parti des atouts de la combinaison inédite qui en résulte entre expérience professionnelle et recherche appliquée. Il est important de veiller à ce que les HES puissent poursuivre ce mandat, afin de garantir que leur recherche appliquée continue à stimuler l’innovation et la croissance de l’économie régionale.

  1. Voir Pfister, Koomen, et al. (2021) et Lehnert, Pfister, et Backes-Gellner (2020). []
  2. Voir Schlegel, Pfister et Backes-Gellner (2022). []
  3. La carte des sites HES est uniquement disponible en allemand. []
  4. Voir ESTV (2016). []
  5. Voir Pfister, Lehnert et Backes-Gellner (2021). []

Literaturverzeichnis

Proposition de citation: Tobias Schlegel ; Curdin Pfister ; Uschi Backes-Gellner (2022). Les hautes écoles spécialisées dopent l’économie régionale. La Vie économique, 05. mai.