Rechercher

Métiers du commerce de détail: prêts pour l’avenir

Directeur, Formation du Commerce de Détail Suisse (FCS), Berne

Le commerce de détail est un secteur professionnel prisé. En 2021, la formation initiale de trois ans pour devenir gestionnaire du commerce de détail CFC a été choisie presque aussi souvent que celle pour devenir employé de commerce. Et parmi les formations initiales s’effectuant en deux ans, celle d’assistant du commerce de détail AFP a eu le plus grand succès parmi les jeunes. On peut en déduire que ceux-ci voient des perspectives de carrière attrayantes dans le commerce de détail.

Ce champ professionnel a pourtant beaucoup évolué ces dernières années. La transition numérique se retrouve ainsi dans tous les processus, jusqu’aux caisses en libre-service proposant l’auto-balayage (selfscanning). Le comportement des clients a également évolué. Ils achètent de plus en plus souvent sur Internet et, quand ils se rendent dans un magasin, ils aspirent à vivre une expérience d’achat particulière. Outre des conseils d’achats avisés, ils s’attendent à profiter d’une mise en récit des produits, d’événements exclusifs et de promotions. Le commerce en ligne et le commerce stationnaire ne sont toutefois pas des univers séparés: beaucoup de personnes s’informent sur Internet avant d’acheter en magasin, ou inversement. La formation doit tenir compte de ces nouvelles habitudes.

En tant qu’organisation nationale du monde du travail, Formation du Commerce de Détail Suisse a par conséquent modernisé en profondeur ses formations initiales dans le cadre d’un processus qui a duré cinq ans, impliquant tous ses partenaires[1]. L’un des défis était de concevoir une formation initiale couvrant tous les formats d’entreprises[2] du commerce de détail. Cet été, les premiers apprentis ont entamé leur formation initiale de gestionnaire du commerce de détail CFC depuis que celle-ci a fait l’objet d’une révision. La priorité est toujours donnée aux compétences de gestion des relations clients et des marchandises ainsi qu’aux connaissances relatives aux produits et aux prestations. Ces connaissances, propres aux différentes branches, sont couvertes par 22 filières de formation et d’examen allant de la vente automobile au commerce zoologique. La connaissance de la langue nationale locale et d’une langue étrangère est également essentielle. Un plus grand poids a en outre été accordé aux compétences générales et non techniques. Les futurs gestionnaires du commerce de détail apprennent à développer leur esprit de synthèse, à identifier les tendances et à s’adapter rapidement à de nouvelles situations, ce qui leur permet de suivre l’évolution rapide du secteur. De plus, ils maîtrisent les nouvelles technologies de communication et comprennent les bases de la psychologie de la vente. Enfin, la collaboration entre les équipes est également encouragée.

Dans tous les lieux de formation, y compris dans les écoles professionnelles, l’enseignement est désormais axé sur les compétences opérationnelles. Cela signifie que l’on ne transmet plus des connaissances et des compétences en enseignant des matières comme l’économie, mais en se basant sur des situations concrètes tirées de la vie professionnelle quotidienne. Pour s’entraîner à l’orthographe et à la rédaction, les apprentis doivent répondre à des réclamations de clients. Ils apprennent alors également à utiliser différents moyens de communication comme la lettre, le courrier électronique ou les médias sociaux et peuvent ensuite mettre directement à profit leurs acquis dans l’entreprise formatrice. Ce changement de système devrait avoir un effet positif sur la volonté de formation des entreprises.

On ne transmet plus des connaissances et des compétences en enseignant des matières comme l’économie, mais en se basant sur des situations concrètes tirées de la vie professionnelle quotidienne.

Pour l’enseignement dans les écoles professionnelles, Formation du Commerce de Détail Suisse a développé des supports didactiques utilisés dans toute la Suisse. Au travail, les apprentis tiennent un dossier de formation en ligne dans lequel ils consignent leurs travaux et leurs expériences professionnelles. De leur côté, les formateurs disposent d’un tableau de bord pour piloter et évaluer la progression de leurs apprentis. Ces instruments numériques permettent de renforcer la coopération entre les deux lieux de formation que sont l’entreprise et l’école professionnelle.

Durant la dernière année de leur formation initiale de trois ans, les apprentis se spécialisent dans l’un des deux nouveaux domaines spécifiques: «Conception et réalisation d’expériences d’achat» pour créer des univers orientés vers les produits et les prestations et susciter des émotions positives lors des entretiens de vente exigeants avec les clients ou «Gestion de magasins en ligne» pour se concentrer sur la présentation en ligne des produits et l’analyse des données relatives aux achats en ligne et au comportement des clients.

À partir de leur formation initiale, les gestionnaires du commerce de détail CFC qui ont de bons résultats peuvent suivre les cours de maturité professionnelle pendant ou après leur apprentissage puis étudier dans une haute école spécialisée. Au terme de leur formation, ils peuvent en outre accéder aux formations continues de la formation professionnelle supérieure qui préparent à une fonction de cadre ou de spécialiste dans le commerce de détail.

Une toute nouvelle formation continue préparant à l’examen professionnel de spécialiste de l’e‑commerce avec brevet fédéral sera proposée à partir de 2023. Ce premier diplôme de commerce en ligne reconnu au niveau fédéral permettra d’acquérir l’ensemble des compétences nécessaires pour créer, exploiter et développer un commerce en ligne, dans le domaine par exemple du suivi de projets de commerce électronique, de la présentation numérique de produits et des activités de marketing. Le commerce électronique va continuer de se développer et nécessiter du personnel supplémentaire. Cette offre de formation permet d’assurer que les spécialistes requis nécessaires seront disponibles. Le commerce de détail est ainsi fin prêt pour l’avenir.

  1. Confédération, cantons, écoles professionnelles, branches et entreprises []
  2. Grandes, moyennes et petites entreprises, magasins spécialisés, grands distributeurs, etc. []

Proposition de citation: Sven Sievi (2022). Métiers du commerce de détail: prêts pour l’avenir. La Vie économique, 15. novembre.